LOGO Actualités       Contact

La SFEJ

Publications Bulletins
Bibliographies
Annuaire
Adhésion Archives Études

Liens

Plan du site

Accueil > La SFEJ

La Société française des études japonaises

 

 

Activités de la SFEJ :

La Société Française des Etudes Japonaises réunit les étudiants, chercheurs et personnes spécialistes des études japonaises.

Ses activités sont :

  • Assemblée générale et conférence annuelle : la SFEJ organise des conférences chaque année à l'occasion de l'Assemblée générale, en invitant une personnalité du monde scientifique japonais ; ces conférences se tiennent à Paris et en province ; le texte en est publié dans le bulletin annuel.
  • Bulletin : La SFEJ publie annuellement un bulletin qui, outre le texte de la conférence du spécialiste japonais tenue lors de l'Assemblée générale, comporte un annuaire des membres remis régulièrement à jour ; une bibliographie des ouvrages concernant le Japon parus dans l'année, etc. Le bulletin est envoyé à tous les membres de la SFEJ.
  • Colloque de la SFEJ : Biennal, le colloque de la SFEJ est ouvert au public. N'y interviennent toutefois que les chercheurs en japonologie, japonisants ou non, membres de la SFEJ aussi bien qu'extérieurs, ayant répondu à l'appel de candidature par l'envoi d'un résumé de communication et ayant été sélectionnés. Tous les domaines de spécialisation de la japonologie sont admis : anthropologie,religion, histoire, politologie, économie, art et espace, linguistique, littérature, etc. La sélection des communications est établie par les responsables de chaque section du colloque, au vu des qualités des propositions de communication. Les textes de celles-ci sont publiés dans leur intégralité, au sein de la collection Japon Pluriel des éditions Philippe Picquier.
  • L’atelier doctoral de la SFEJ : La Société française des études japonaises organise depuis 2009 l’atelier doctoral national des études japonaises (ADNEJ), en alternance avec le colloque.
    Cet atelier a réuni, au cours de ses deux premières éditions, une quarantaine de doctorants issus de toute la France, mais aussi représentant des universités étrangères. Il s’agit d’un espace d’échange, où les participants présentent leurs recherches et reçoivent conseils et avis des autres doctorants et des enseignants-chercheurs venus les écouter. Cet atelier représente ainsi une opportunité pour les participants de faire connaître leurs travaux et d’étendre leurs réseaux hors de la sphère scientifique dont ils relèvent habituellement.
    La troisième édition de l’ADNEJ aura lieu en décembre 2013.

 

Programmes des précédents colloques organisés par la SFEJ :

- Colloque sur la didactique du japonais : La SFEJ a organisé un colloque sur la didactique du japonais les 3 et 4 avril 1992, à Strasbourg et Colmar, sous la direction de Yves-Marie Allioux. Les actes ont été publiés par la SFEJ en 1997, sous le titre Didactique du japonais.

- 1er colloque 1994 (Saint-Germain-en-Laye et Université Paris 7), sous la direction de Nadine Lucas et Annick Horiuchi (Actes publiés dans Japon Pluriel, Ed. Philippe Picquier, 1995).

- 2e colloque 1996 (siège du CNRS, Paris) sous la direction de Josef A. Kyburz et Nadine Lucas (Actes publiés dans Japon Pluriel 2, Ed. Philippe Picquier, 1998).

- 3e colloque 1998 (siège du CNRS, Paris) sous la direction de Josef A. Kyburz (Actes publiés dans Japon Pluriel 3, Ed. Philippe Picquier, 1999).

- 4e colloque 2000 (siège du CNRS, Paris) sous la direction de Nadine Lucas et Cécile Sakai (Actes publiés dans Japon Pluriel 4, Ed. Philippe Picquier, 2001).

- 5e colloque 2002 (siège du CNRS, Paris) sous la direction de Michael Lucken et Pascal Griolet (Actes publiés dans Japon Pluriel 5, Ed. Philippe Picquier, 2004).

- 6e colloque 2004 (CEEJA, Strasbourg et Colmar) sous la direction de Estelle Leggeri-Bauer, Sakae Murakami-Giboux et Elisabeth de Touchet (Actes publiés dans Japon Pluriel 6, Ed. Philippe Picquier, 2006).

- 7e colloque 2006 (siège du CNRS, Paris) sous la direction d'Arnaud Brotons et Christian Galan (Actes publiés dans Japon Pluriel 7, Ed. Philippe Picquier, 2006).

- 8e colloque 2008 (Lille et Villeneuve d'Ascq) sous la direction de Noriko Berlinguez-Kono et Bernard Thomann, (Actes publiés dans Japon Pluriel 8, Ed. Philippe Picquier, 2011).

Statuts / Constitution :

L'association est régie par la loi de 1901.

La durée de l'association est illimitée.

Les ressources de l'association se composent :

  1. Des cotisations des membres.
  2. Des subventions autorisées par la loi.
  3. Des revenus représentant la contrepartie des services éventuellement rendus par l'association tant au secteur public qu'au secteur privé, sans toutefois qu'aucun bénéfice puisse faire l'objet d'une distribution aux sociétaires.

L'association se compose de membres actifs et de membres bienfaiteurs. Elle est ouverte aux personnes physiques comme aux personnes morales. Elle est ouverte aux personnes de nationalité étrangère.

Buts :

Le but de l'association est de promouvoir toutes études et informations concernant le Japon et la civilisation japonaise par tous les moyens appropriés, notamment en liaison avec des organismes universitaires et scientifiques.

Financements :

La SFEJ fonctionne grâce aux cotisations de l'ensemble de ses membres, mais également grâce aux donations et aux subventions accordées par différents organismes publics, principalement par :

  • La Fondation du Japon.
  • La Fondation de France (Fondation pour l'étude de la langue et de la civilisation japonaises).

L'Institut des Hautes Études Japonaises du Collège de France héberge la SFEJ dans ses locaux.

Historique :

La Société Française des Études Japonaises, créée en 1990, est une émanation de la Société des Études Japonaises. Celle-ci, fondée en 1981, avait pour président René Sieffert. Avec la constitution de nouveaux statuts, François Macé est élu président de la Société. Le siège de l'association est transféré dans les locaux de l'Institut des Hautes Études Japonaises, 52, rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris.

Le premier Bulletin de la SFEJ est édité en 1990. Depuis 1993, une Lettre d'information, destinée à faire un point semestriel, est diffusée en juin de chaque année, auprès des membres de la SFEJ.

En 1994, la SFEJ a organisé son premier colloque de japonologie, qui s'est tenu les 16-17 décembre à Saint-Germain-en-Laye et à l'Université Paris 7. Au vu du succès de cette initiative, il a été décidé qu'un colloque serait organisé tous les deux ans. Le deuxième colloque a eu lieu à Paris, au siège du CNRS, les 19, 20 et 21 décembre 1996 ; le troisième et le quatrième colloque se sont tenus respectivement les 17-18-19 décembre 1998, et les 14-15-16 Décembre 2000, également dans l'enceinte du CNRS. Le cinquième colloque a eu lieu les 19-20-21 Décembre 2002, avec une soirée inaugurale à la Maison de la Culture du Japon à Paris, tandis que les journées des 20 et 21 Décembre ont eu lieu également au siège du CNRS, à Paris. Le sixième colloque de la SFEJ a eu lieu les vendredi 17, samedi 18 et dimanche 19 décembre 2004 à Strasbourg et à Colmar et fut un véritable succès.

Enfin depuis 1991, la SFEJ, invite chaque année un éminent spécialiste qui présente lors de l'Assemblée Générale ou du Colloque bisannuel une facette méconnue ou un aspect spécifique du Japon.

Dans ce cadre, grâce au soutien de la Fondation du Japon, les conférences suivantes ont été données :

  • M. OBAYASHI Taryô, anthropologue, Professeur à l'Université féminine de Tôkyô et directeur du Musée des Peuples du Nord, « Arbres, Montagnes et mer. Symboles du "pays" et da la souveraineté dans le Japon antique » (Bulletin n° 2 / 1991).
  • M. AMINO Yoshihiko, médiéviste, Professeur à l'Université de Kanagawa à Yokohama et directeur du Centre de Recherches sur les Cultures Populaires du Japon (Nihon jômin bunka kenkyûjo) « Quelques questions que pose la société médiévale japonaise et comment la recherche historique y répond », conférence organisée par la Société Française des Études Japonaises (SFEJ), le Centre de Recherches Historiques (CRH) de l'EHESS et la revue Annales (Economies, Sociétés, Civilisations), (Bulletin n° 3 / 1992).
  • M. AMAZAWA Taijirô, poète et Professeur à l'Université Meiji Gakuin, « Quarante ans de poésie moderne au Japon, vus et vécus par Amazawa Taijirô » (Bulletin n° 4 / 1993).
  • M.ÔMURA Eishô, sociologue, Professeur à l'Université d'Ôsaka, « Le profane et la tentation du sacré dans le Japon contemporain » (Bulletin n° 5 / 1994).
  • M. NIITA Yoshio, Maître de conférence à l'Université d'Ôsaka, « La modalité en japonais » (Lettre n°4 / juin 1996).
  • M. TAN.O Yasunori, Professeur à l'Université de Waseda, Tôkyô, « Le traitement allusif de la guerre dans la peinture : un oubli » et M. FUJIMORI Bunkichi, Professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales, Paris, « Les récits romanesques d'Edo et l'évolution du japonais moderne » (Japon Pluriel 2).
  • M. KANIE Akira, Maître de conférences à la faculté d'économie et d'administration des entreprises de l'Université de Hokkaidô, « Les défaillances du système de contrôle des sociétés au Japon » (Bulletin n° 8 /1998).
  • Mme Francine HÉRAIL, Directeur d'études à l'École pratique des hautes études, Paris, « De la lecture des "notes journalières" » (Japon Pluriel 3) et M. SAHARA Makoto, Professeur (Rekishi minzoku hakubutsukan, Sakura), « Nihon no i-shoku-jû ("Faits de la vie quotidienne au Japon") ».
  • M. WAKAMORI Yoshiki, Professeur de littérature française et de philosophie à l'Université de Dokkyô, « Origine et conséquences du système impérial japonais contemporain. Les réactions de deux écrivains : Mishima Yukio et Fukazawa Shichiro » (Bulletin n° 10 / 2000).
  • M. KOYASU Nobukuni, Professeur émérite de l'Université d'Ôsaka et Professeur à l'Université Tsukuba Joshi, « Motoori Norinaga : le Commentaire du Kojiki et la mise en valeur de la "langue du yamato" » et M. James McMULLEN, Professeur, Oriental Institute, Université d'Oxford, « La mélancolie de l'amour : Motoori Norinaga et le Dit du Genji » (Japon Pluriel 4).
  • M. TABATA Hirokuni, Professeur de droit du travail à l'Institut des Sciences sociales de l'Université de Tôkyô, « Libéralisme économique et autoritarisme politique », (Bulletin n° 12 / 2002).
  • M. ASAMI Kazuhiko, Professeur à l'université Seikei (Tôkyô), « Le rouleau illustré de l'attaque des Mongols (Môko shûrai ekotoba) et la menatlité des guerriers de l'Est au moyen âge » et Mme Jacqueline PIGEOT, Professeur émérite à l'université de Paris 7- Denis Diderot, « Taire, dire : autour du Kagerô Nikki » (Japon Pluriel 5).
  • KINOSHITA Naoyuki, Maître de conférence à l'Université de Tôkyô, "La création plastique dans les exhibitions foraines au XIXe siècle", (Conférence organisée avec le soutien de la Fondation du Japon) (Bulletin n° 14 / 2004).
  • NINOMIYA Masayuki, Professeur honoraire à l’Université de Genève, " L’Après-guerre d’un " ultra-nationaliste " : Yasuda Yojûrô " (Japon Pluriel 6).
  • KANDA Yoriko, Professeur d'anthropologie culturelle à l'Université Keiwa gakuen daigaku (Niigata), "Minzokugaku kara mita Nihon no josei kenkyû no ayumi - Une brève histoire des recherches sur les femmes au Japon observée à travers les Etudes Folkloriques (minzoku gaku)" (Bulletin n° 16 / 2006).
  • SUEKI Fumihiko, Professeur à l'Université de Tôkyô, "La place du bouddhisme dans la modernisation du Japon" (Japon Pluriel 7).
  • NAKAMAKI Hirochika, Professeur du Musée National d'Ethnologie (Minpaku), "Religion de l'entreprise : chez Panasonic et Sony"

Organisation (2012) :

Bureau :

Président : Michel VIEILLARD-BARON
Vice-président : Eric SEIZELET
Secrétaire générale : Isabelle KONUMA
Secrétaire adjointe : Sandrine TABARD
Trésorière : Eddy DUFOURMONT
Trésorier adjoint : Guy d'ALBRAND

Conseil :

BERLINGUEZ-KONO Noriko
Jean-Pierre BERTHON
Yves CADOT
Guy d'ALBRAND
Guibourg DELAMOTTE
Eddy DUFOURMONT
FUJIWARA Dan
IWAUCHI-GILLOT Kayoko
KAMIYAMA Takeki
KONUMA Isabelle
Michael LUCKEN
OTA Tomomi
Eric SEIZELET
SHOCHI Takaaki
Sandrine TABARD
Michel VIEILLARD-BARON

Responsable du Bulletin 2012 : Jean-Pierre BERTHON

Secrétaire-webmestre : Marine PÉNICAUD

 

ⓒ2002-2011 - SOCIETE FRANCAISE DES ETUDES JAPONAISES