Le séminaire itinérant de la SFEJ prend la forme de conférences organisées par des collègues volontaires, essentiellement hors de Paris, trois fois dans l’année. L’invité présente ses travaux récents, notamment les ouvrages qu’il a écrits ou dirigés.

Il s’agit à la fois d’aider à faire connaître aux chercheurs, spécialistes du Japon ou non, des travaux ayant récemment fait l’objet de publication, mais aussi de participer à la diffusion de la recherche auprès d’étudiants qui n’ont pas toujours la possibilité de prendre part aux manifestations organisées loin de leur lieu de formation.

La SFEJ prend en charge le transport et une nuit d’hôtel pour la personne invitée.

Concernant la programmation, l’objectif est de prendre en compte autant que possible le calendrier universitaire, en essayant de placer les conférences autour des débuts de semestres (fin septembre/début octobre,  fin janvier/début février), ainsi qu’à la fin du second semestre (fin avril), afin de permettre aux étudiants d’y prendre part.

Au sein du conseil de la SFEJ, c’est César Castellvi qui se charge de coordonner cette nouvelle activité, qui s’ajoute donc  au colloque et à l’ADEJ. Les personnes qui souhaiteraient organiser une conférence sont invitées à le contacter, sachant qu’il n’est pas nécessaire d’être membre du conseil pour se porter volontaire.

Contact : cesar.castellvi[at]u-paris.fr


Séminaires itinérants de la SFEJ

  • 16 février 2024 : Christian Galan (Université Toulouse Jean Jaurès, IFRAE) et Aline Henninger (Université d’Orléans, REMELICE) seront accueillis par l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia) d’Aix-Marseille Université (AMU) pour présenter leur ouvrage intitulé Loyauté et patriotisme (le retour), Éducation et néo-conservatisme dans le Japon du XXIe siècle (PUR, 2023). Horaires : 15h-17h, Le Cube, salle Plateau, 29 avenue R. Schuman, 13628 Aix-en-Provence. Entrée libre dans la limite des places disponibles. L’ouvrage est disponible en accès libre sur ce lien. Plan du site Aix-Schuman sur ce lien. Affiche également disponible sur ce lien.
  • 8 novembre 2023 : Michael Lucken (Inalco-IFRAE) accueilli par l’Institut d’Études Transtextuelles et Transculturelles (IETT) de l’Université Jean Moulin Lyon 3, pour présenter son ouvrage intitulé L’universel étranger (Éditions Amsterdam, 2022). Horaires : 18h-19h30, Auditorium de la MILC, 35 rue Raulin, 69007 Lyon. Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles. Vous pouvez également assister à cette conférence en distanciel (lien). Affiche sur ce lien.
  • 24 octobre 2023 : le séminaire prévu le 28 mars 2023, qui avait été reporté en raison d’une mobilisation sociale, aura lieu le 24 octobre 2023, avec : Naoko Tokumitsu-Partiot (MCF-INALCO) accueillie par l’université de Lille (Aire Asie, CECILLE) pour présenter son ouvrage intitulé Les yeux de la ville – Vigilance et lien social. France-Japon, analyses croisées (Éditions Maisonneuve et Larose / Hémisphères, 2021). Horaires : 16h-18h, salle F0.13, Maison de la Recherche, Campus Pont de Bois, Université de Lille. Affiche sur ce lien; résumé de l’ouvrage sur ce lien. Lien pour assister à la séance en distanciel.
  • 24 février 2023 : César Castellvi (Mcf, Université Paris Cité/CRCAO), accueilli par l’Université de Grenoble-Alpes pour présenter son ouvrage intitulé Le dernier empire de la presse : une sociologie du journalisme au Japon (CNRS Éditions, 2022). Horaires : 14h-16h, Amphi 5 du bâtiment Stendhal, UGA. Affiche sur ce lien.
  • 28 novembre 2022 : Simon Ebersolt (INALCO – IFRAE) accueilli par le département d’études japonaises de l’université de Strasbourg et le GEO (UR 1340) pour présenter son ouvrage intitulé Contingence et Communauté. Kuki Shūzō, philosophe japonais (Vrin, 2021). Informations complémentaires sur ce lien.
  • 9 mars 2022 : Christine Lévy (CRCAO) accueillie par l’université d’Orléans pour présenter la traduction en langue française du livre Une idéologie pour survivre de la sociologue Ueno Chizuko dans le cadre d’une conférence intitulée “Généalogie des féminismes au Japon : de quel féminisme Ueno Chizuko est-elle l’héritière ?”. Informations complémentaires sur ce lien