[Colloque]”Chine, Corée, Japon : comparaison(s)”, Campus Condorcet, 29-30 septembre 2023

L’Association française d’études chinoises (AFEC), l’Association française pour l’étude de la Corée (AFPEC) et la Société française d’études japonaises (SFEJ) organisent conjointement un premier colloque intitulé :

“Chine, Corée, Japon : comparaison(s)”
Les 29 et 30 septembre 2023, de 9h30 à 18h30
Au Campus Condorcet, à Aubervilliers

Informations : chinecoreejapon@gmail.com

Programme : à télécharger en cliquant sur ce lien.

Lieu : Campus Condorcet, salle 0.33 bâtiment recherche sud (29 septembre) et salle 50 centre des colloques (30 septembre)

14e colloque de la SFEJ / Université d’Orléans 9-10-11 décembre 2021

Le dernier colloque de la SFEJ a été organisé à l’EHESS, en décembre 2018 à Paris. Pour la première fois, l’édition 2021 de ce moment incontournable de la japonologie française se tiendra à l’Université d’Orléans. 

Le colloque, initialement prévu pour 2020, est reporté à décembre 2021 en raison de la crise sanitaire. De ce fait, l’Atelier doctoral des études japonaises (ADEJ) ne se tiendra donc pas à cette même période, tel que prévu initialement. De ce fait, le comité d’organisation a décidé de mettre exceptionnellement en place pour cette année 2021 une session posters consacrée au thème choisi pour le colloque : « Périphéries et centres ».

Lieu: Université d’Orléans (10 rue de Tours 45 000 Orléans)

Date: 09-11 décembre 2021

Lien vers le programme complet du colloque

Lien vers le résumé des présentation ici.

Informations pratiques pour accéder au colloque ici.

Le comité d’organisation :
Aline Henninger, maîtresse de conférences, université d’Orléans Mayumi Shimosakai, maîtresse de conférences, université d’Orléans

Contact: colloquesfej2020[at]gmail.com

Site internet : https://sfejcolloque2020orleans.msh-vdl.fr/

Université d’Orléans, UFR LLSH

Périphéries et centres

Argumentaire et appel

Le dernier colloque de la SFEJ a été organisé à Paris, à l’EHESS, en décembre 2018. L’édition 2021 (initialement 2020) de ce moment incontournable de la japonologie française se tiendra, pour la première fois, à l’Université d’Orléans et consacrera trois décennies de relations fructueuses entre cette ville et sa région et le Japon.

Les liens entre Orléans et le Japon se développent dès la fin des années 1980 grâce à l’installation d’entreprises japonaises dans le Loiret. Cinq lycées ouvrent alors des cours de japonais en LV3, et un cours d’initiation se met en place à l’université d’Orléans en 1988. L’enseignement du japonais ne cesse par la suite de se développer jusqu’à la situation actuelle qui voit cette langue proposée en licence et master LEA. Le trentième anniversaire du jumelage entre Utsunomiya et Orléans en mai 2019 a été l’occasion de constater l’attachement de la métropole et des associations de la région Centre-Val de Loire à leurs relations avec l’archipel et leur volonté commune de promouvoir la culture japonaise.

Le thème choisi en 2018 – « Résistances, conflits et réconciliations » – a permis d’éclairer de façon remarquable les dynamiques à l’œuvre dans l’histoire japonaise. Nous nous proposons, pour l’édition 2020, de poursuivre dans cette voie en mettant cette fois en avant le thème des « Périphéries et centres »

 S’interroger sur les centres et les périphéries permet en effet de prendre en considération les aspects moins connus de l’histoire japonaise, que ceux-ci aient été marginalisés pour des raisons méthodologiques ou qu’ils aient été passés sous silence pour des raisons politiques. On pourra ainsi revenir notamment sur la définition de quelques concepts clés : quels territoires considérer comme japonais ? Qu’est-ce que la littérature japonaise ? Que recouvre la langue japonaise ? Quelle est/serait l’identité japonaise ? Qui – quels groupes, quels individus – constituent les marges de la population japonaise ? Etc.

Les contributeur·rice·s sont également invité·e·s à présenter, à partir de leurs disciplines respectives – droit, science politique, anthropologie, géographie, histoire, pensée, linguistique, sociologie, littérature, art, économie –, les objets d’étude qui relèvent selon eux du « périphérique » ou du « central », à l’intérieur même du territoire japonais ou dans une perspective transnationale. Ce thème – « périphéries et centres » – devrait permettre d’analyser et de mieux comprendre les transformations sociales, politiques, urbaines, économiques et culturelles à l’œuvre dans l’histoire japonaise, quelle que soit l’époque considérée – l’éclairage historique permettant de remettre en perspective les tentatives de définition d’un unique « centre » japonais souvent indéfini et parfois brandi pour instrumentaliser les « périphéries ».

 La mission principale de ce colloque – rendre compte de l’actualité et du dynamisme de la recherche en étude japonaise en France – autorise toutefois toutes les propositions de communication qui sortiraient de cette thématique principale. Nous souhaitons notamment, pour cette édition 2020, accorder une place particulière aux contributions relevant de la didactique du japonais, afin de mettre à l’honneur l’enseignement du japonais en contexte francophone, indissociable de nos pratiques de chercheur·e·s.

Les colloques de la SFEJ étant un espace d’échanges et de rencontres avec le monde de la japonologie, nous encourageons plus particulièrement les doctorant·e·s et post-doctorant·e·s à participer à cet évènement qui leur permettra de faire connaître leurs travaux.

Vous êtes invité·e·s à nous faire parvenir vos propositions de panels comprenant plusieurs communications ou de communications individuelles. Dans les deux cas, veuillez indiquer dans votre message vos nom, prénom, institution de rattachement / laboratoire, statut, et adresse de contact.

Les propositions, d’une quinzaine de lignes maximum, doivent être envoyées à l’adresse sfej2020@gmail.com avant le 30 avril 2020.

Les personnes dont les communications seront retenues seront contactées par email courant juin.

Comité d’organisation : Aline Henninger, maîtresse de conférences, Université d’Orléans et Mayumi Shimosakai, maîtresse de conférences, Université d’Orléans

Contact : sfej2020@gmail.com

Site internet : https://sfejcolloque2020orleans.msh-vdl.fr/

Tous les courriers sont à adresser à : secretariat@sfej.asso.fr

14e colloque de la SFEJ / Appel à candidature à destination des doctorants et des jeunes chercheurs pour la session Posters du colloque (date limite : 30 juin 2021)

Le quatorzième colloque de la SFEJ ayant été reporté, pour raisons sanitaires, au mois décembre 2021, l’Atelier doctoral des études japonaises (ADEJ) ne se tiendra donc pas à cette même période, tel que prévu initialement. De ce fait, le comité d’organisation a décidé de mettre exceptionnellement en place pour cette année 2021 une session posters consacrée au thème choisi pour le colloque : « Périphéries et centres ».

Elle sera ouverte en particulier aux jeunes chercheur·e·s et aux doctorant·e·s. Les posters seront exposés à l’occasion du colloque et donneront lieu à des présentations lors de créneaux dédiés.

Les propositions doivent être envoyées à l’adresse colloquesfej2020@gmail.com avant le 30 juin 2021, la date limite ayant été modifiée.

Les personnes dont les propositions de poster seront retenues seront contactées par email début juillet.

Le comité d’organisation :

Aline Henninger et Mayumi Shimosakai, Université Orléans

Appel à communications / session posters dans le cadre du 14e colloque 2021 de la SFEJ (date limite des candidatures, 30 mai 2021)

Le quatorzième colloque de la SFEJ ayant été reporté, pour raisons sanitaires, au mois décembre 2021, l’Atelier doctoral des études japonaises (ADEJ) ne se tiendra donc pas à cette même période, tel que prévu initialement. De ce fait, le comité d’organisation a décidé de mettre exceptionnellement en place pour cette année 2021 une session posters consacrée au thème choisi pour le colloque : « Périphéries et centres ». Elle sera ouverte en particulier aux jeunes chercheur·e·s et aux doctorant·e·s. Les posters seront exposés à l’occasion du colloque et donneront lieu à des présentations lors de créneaux dédiés.

S’interroger sur les centres et les périphéries permet en effet de prendre en considération des aspects moins connus de l’histoire japonaise, que ceux-ci aient été marginalisés pour des raisons méthodologiques ou qu’ils aient été passés sous silence pour à des fins politiques. On pourra ainsi revenir notamment sur la définition de quelques concepts clés : quels territoires considérer comme japonais ? Qu’est-ce que la littérature japonaise ? Que recouvre la langue japonaise ? Quelle est/serait l’identité japonaise ? Qui – quels groupes, quels individus – constituent les marges de la population japonaise ? Etc.

Les contributeur·rice·s sont également invité·e·s à présenter, à partir de leurs disciplines respectives – droit, science politique, anthropologie, géographie, histoire, pensée, linguistique, sociologie, littérature, art, économie etc.–, les objets d’étude qui relèvent selon eux du « périphérique » ou du « central », à l’intérieur même du territoire japonais ou dans une perspective transnationale. Ce thème – « périphéries et centres » – devrait permettre d’analyser et de mieux comprendre les transformations sociales, politiques, urbaines, économiques et culturelles à l’œuvre dans l’histoire japonaise, quelle que soit l’époque considérée – l’éclairage historique permettant de remettre en perspective les tentatives de définition d’un unique « centre » japonais souvent indéfini et parfois brandi afin d’instrumentaliser les « périphéries ».

La mission principale de ce colloque – rendre compte de l’actualité et du dynamisme de la recherche en étude japonaise en France – autorise toutefois toutes les propositions de communication qui sortiraient de cette thématique principale. Nous souhaitons notamment, pour cette édition 2021, accorder une place particulière aux contributions relevant de la didactique du japonais, afin de mettre à l’honneur l’enseignement du japonais en contexte francophone, indissociable de nos pratiques de chercheur·e·s.

Vous êtes invité·e·s à nous faire parvenir vos propositions individuelles de poster : un résumé de 500 caractères en français de la problématique générale du poster.

Une fois la proposition acceptée, chaque poster (format A0) contiendra :

Vos nom, prénom,
– Votre adresse mail, si vous le souhaitez,
– Un titre (100 signes max. espaces compris), le cas échéant un ou des sous-titres,
– Une introduction précisant le contexte et les problématiques de votre recherche (450 signes max. espaces compris),
– Un paragraphe intitulé “Méthodologie” présentant les méthodes mises en œuvre pour mener vos travaux (1700 signes max. espaces compris),
– Des paragraphes soulignant l’apport de votre recherche (1250 signes max. espaces compris), Le cas échéant, une ou des illustrations avec leur légende et la mention des crédits,
– Le logo de votre institution de rattachement (université, école, laboratoire).

Veuillez indiquer dans votre message vos nom, prénom, institution de rattachement / laboratoire, statut, et adresse de contact.

Les propositions doivent être envoyées à l’adresse colloquesfej2020@gmail.com avant le 30 mai 2021.

Les personnes dont les propositions de poster seront retenues seront contactées par email courant juin.

Informations disponibles en PDF ici.

Le comité d’organisation :
Aline Henninger, maîtresse de conférences, université d’Orléans
Mayumi Shimosakai, maîtresse de conférences, université d’Orléans

Contact : colloquesfej2020@gmail.com

14e Colloque de la SFEJ (Orléans 2021)

Jeudi 09, vendredi 10 et samedi 11 décembre 2021

Université d’Orléans, UFR LLSH

Périphéries et centres

Le dernier colloque de la SFEJ a été organisé à Paris, à l’EHESS, en décembre 2018. L’édition 2021 (initialement 2020) de ce moment incontournable de la japonologie française se tiendra, pour la première fois, à l’Université d’Orléans et consacrera trois décennies de relations fructueuses entre cette ville et sa région et le Japon.

Les liens entre Orléans et le Japon se développent dès la fin des années 1980 grâce à l’installation d’entreprises japonaises dans le Loiret. Cinq lycées ouvrent alors des cours de japonais en LV3, et un cours d’initiation se met en place à l’université d’Orléans en 1988. L’enseignement du japonais ne cesse par la suite de se développer jusqu’à la situation actuelle qui voit cette langue proposée en licence et master LEA. Le trentième anniversaire du jumelage entre Utsunomiya et Orléans en mai 2019 a été l’occasion de constater l’attachement de la métropole et des associations de la région Centre-Val de Loire à leurs relations avec l’archipel et leur volonté commune de promouvoir la culture japonaise.

Le thème choisi en 2018 – « Résistances, conflits et réconciliations » – a permis d’éclairer de façon remarquable les dynamiques à l’œuvre dans l’histoire japonaise. Nous nous proposons, pour l’édition 2020, de poursuivre dans cette voie en mettant cette fois en avant le thème des « Périphéries et centres ».

 S’interroger sur les centres et les périphéries permet en effet de prendre en considération les aspects moins connus de l’histoire japonaise, que ceux-ci aient été marginalisés pour des raisons méthodologiques ou qu’ils aient été passés sous silence pour des raisons politiques. On pourra ainsi revenir notamment sur la définition de quelques concepts clés : quels territoires considérer comme japonais ? Qu’est-ce que la littérature japonaise ? Que recouvre la langue japonaise ? Quelle est/serait l’identité japonaise ? Qui – quels groupes, quels individus – constituent les marges de la population japonaise ? Etc.

Les contributeur·rice·s sont également invité·e·s à présenter, à partir de leurs disciplines respectives – droit, science politique, anthropologie, géographie, histoire, pensée, linguistique, sociologie, littérature, art, économie –, les objets d’étude qui relèvent selon eux du « périphérique » ou du « central », à l’intérieur même du territoire japonais ou dans une perspective transnationale. Ce thème – « périphéries et centres » – devrait permettre d’analyser et de mieux comprendre les transformations sociales, politiques, urbaines, économiques et culturelles à l’œuvre dans l’histoire japonaise, quelle que soit l’époque considérée – l’éclairage historique permettant de remettre en perspective les tentatives de définition d’un unique « centre » japonais souvent indéfini et parfois brandi pour instrumentaliser les « périphéries ».

 La mission principale de ce colloque – rendre compte de l’actualité et du dynamisme de la recherche en étude japonaise en France – autorise toutefois toutes les propositions de communication qui sortiraient de cette thématique principale. Nous souhaitons notamment, pour cette édition 2020, accorder une place particulière aux contributions relevant de la didactique du japonais, afin de mettre à l’honneur l’enseignement du japonais en contexte francophone, indissociable de nos pratiques de chercheur·e·s.

Les colloques de la SFEJ étant un espace d’échanges et de rencontres avec le monde de la japonologie, nous encourageons plus particulièrement les doctorant·e·s et post-doctorant·e·s à participer à cet évènement qui leur permettra de faire connaître leurs travaux.

Vous êtes invité·e·s à nous faire parvenir vos propositions de panels comprenant plusieurs communications ou de communications individuelles. Dans les deux cas, veuillez indiquer dans votre message vos nom, prénom, institution de rattachement / laboratoire, statut, et adresse de contact.

Les propositions, d’une quinzaine de lignes maximum, doivent être envoyées à l’adresse sfej2020@gmail.com avant le 30 avril 2020.

Les personnes dont les communications seront retenues seront contactées par email courant juin.

Comité d’organisation : Aline Henninger, maîtresse de conférences, Université d’Orléans et Mayumi Shimosakai, maîtresse de conférences, Université d’Orléans

Contact : sfej2020@gmail.com

Site internet : https://sfejcolloque2020orleans.msh-vdl.fr/

Tous les courriers sont à adresser à : secretariat@sfej.asso.fr

Anciens colloques de la SFEJ

Ancienne version du logo de la SFEJ

Cette page rassemble les programmes en version PDF des précédentes éditions du colloque de la SFEJ.

Sont pour l’instant disponibles les programmes des éditions organisées entre 1994 et 2006.

  • Premier colloque de la SFEJ
    16 – 17 décembre 1994
    Maison des associations saint-germanoises / Université Paris 7
    Programme
  • Deuxième colloque de la SFEJ
    19 – 21 décembre 1996
    Siège du CNRS
    Programme
  • Troisième colloque de la SFEJ
    17 – 19 décembre 1998
    Siège du CNRS
    Programme
  • Quatrième colloque de la SFEJ
    14 – 16 décembre 2000
    Siège du CNRS
    Programme
  • Cinquième colloque de la SFEJ
    19 – 21 décembre 2002
    Siège du CNRS – Maison de la Culture du Japon à Paris
    Programme
  • Sixième colloque de la SFEJ
    17 – 19 décembre 2004
    Université Marc Bloch Strasbourg – Centre Européen d’Études Japonaises
    Programme
  • Septième colloque de la SFEJ
    20 – 22 décembre 2006
    Siège du CNRS
    Programme


Colloque : ADEJ 2019

Atelier Doctoral de la SFEJ

L’Atelier doctoral des études japonaises (ADEJ) aura lieu cette année le vendredi 6 décembre 2019.

Il s’agit d’une manifestation importante de notre association qui a lieu tous les deux ans, en alternance avec le colloque de la SFEJ. L’ADEJ offre l’occasion aux doctorants francophones en études japonaises de présenter leur sujet de recherche et de recueillir les avis des spécialistes.Il est aussi l’occasion de nouer des liens avec les doctorants d’autres institutions.

La SFEJ recherche deux doctorants ou « jeunes » docteurs qui accepteraient d’organiser la prochaine édition de cet atelier.

Le travail consisterait à assurer le suivi de la préparation (appel à candidatures, conception du programme, organisation matérielle de la journée…). Les deux organisateurs seront épaulés par un membre du Conseil de la SFEJ. L’atelier se tiendra à Paris.

Le candidat doit être déjà bien avancé dans sa thèse ou l’avoir récemment soutenue, avoir le sens de l’organisation et être en France cet automne.

Pour mémoire, ce sont Naoko Tokumitsu et Delphine Vomscheid qui avaient organisé l’atelier en 2017.

Cette préparation constitue une expérience enrichissante qui permettra à l’étudiant d’entrer en contact de manière plus étroite avec le milieu des spécialistes des études japonaises et qui l’entraînera aussi à l’organisation d’une manifestation scientifique.

Les personnes intéressées et / ou qui souhaiteraient en savoir plus peuvent nous contacter à l’adresse secre…@sfej.asso.fr.

En cas de candidature, merci de joindre un CV.

Nous invitons les membres de la SFEJ, plus particulièrement les directeurs et directrices de thèse, à largement diffuser cette annonce auprès des personnes concernées.

13e Colloque de la SFEJ (Paris 2018)

« Résistances, conflits et réconciliations »

Date : 13, 14 et 15 décembre 2018
Lieu : EHESS, 105 bd Raspail, 75006, Paris

Moment incontournable des études japonaises, le colloque 2018 de la SFEJ clôturera une année riche en commémorations et très symbolique pour le Japon et ses partenaires.

C’est tout d’abord – tout le monde l’aura noté – le 150ème anniversaire de la Restauration de Meiji. Or, s’il parait naturel de marquer cet événement, il est important de ne pas se restreindre à cette seule période de transition entre le régime féodal et le nouveau régime.
Car l’année 2018 est également celle du 100ème anniversaire de la fin d’une Première Guerre mondiale dont les conclusions auront une incidence importante sur l’Asie et sur la jeune puissance japonaise, et le 50ème anniversaire d’une période d’agitation sociale extrême, mêlant révoltes et répressions, violences et espoirs, et qui marquera plusieurs générations d’intellectuels et d’universitaires, mais aussi d’hommes politiques, de syndicalistes et jusqu’aux membres de la police elle-même.

La thématique principale visera à discuter des questions de violence, de conflit, de résistance, et de ce qui les clôt : les processus de réconciliation, dans le Japon de toutes les époques et dans tous les domaines des sciences humaines et sociales.
C’est pourquoi nous proposons cette année, non pas de nous concentrer sur une date ou une période mais plutôt d’explorer les dynamiques qui ont pu entraîner ou résulter de ces moments. Nous proposons donc de discuter de l’émergence des oppositions, des violences et des conflits qu’elles engendrent, ainsi que des processus menant à leur apaisement et, éventuellement, à la (ré)conciliation des parties en conflit. En lien avec cette dialectique conflits/réconciliations, la question de la résistance pourra être également abordée, résistance qui pourra être analysée de différents points de vue, qu’ils soient politiques, sociologiques, économiques ou artistiques.

Ainsi cette thématique, qui dépasse les trois dates 1868-1918-1968, pourra-t-elle mener à une remise en cause de certains clichés encore très prégnants tel celui d’un peuple japonais intrinsèquement pacifique pratiquant toujours le consensus.

Des séances hors-thématiques ont été constituées pour accueillir les panels et propositions individuelles qui ne se rapportent pas à ce sujet.

Les organisateurs : Yannick Bardy (Université de Lille), Pauline Cherrier (Aix-Marseille Université), Aleksandra Kobiljski (CNRS) et Gérald Peloux (Université de Cergy-Pontoise)

Lien vers le site du colloque : https://sfejcolloque2018.wordpress.com
Lien vers le programme : https://sfejcolloque2018.wordpress.com/programme/
Résumés des interventions : https://sfejcolloque2018.wordpress.com/resumes/

12e Colloque de la SFEJ (Lyon 2016)

« Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon »

Date : 15-16-17 décembre 2016
Lieu : Université Jean Moulin – Lyon III (Manufacture des tabacs)

Cette année, le colloque de la SFEJ, rendez-vous incontournable de la japonologie francophone, est organisé pour la première fois à Lyon, ville connue pour sa gastronomie, mais aussi pour sa capacité à concilier avec dynamisme les arts et l’industrie. À la pointe des innovations techniques et culturelles, elle a notamment vu naître le cinéma sous l’impulsion des frères Lumière dans les années 1890. Ses liens avec le Japon sont nombreux et variés. Elle a, entre autres, développé depuis le xixe siècle une relation singulière avec la ville de Yokohama (avec laquelle elle est toujours jumelée), à travers le commerce de la soie, et abrité les rêves de l’homme d’affaires collectionneur hors-norme qu’était Émile Guimet. Aujourd’hui encore, elle accueille de nombreux ressortissants japonais et constitue un noyau dynamique pour les études japonaises. Enfin, le département d’études japonaises de l’Université Jean Moulin-Lyon III, établi depuis 1981, a permis au japonais de se hisser à la deuxième place après l’anglais au sein de la Faculté des langues.

Le colloque de décembre 2014, intitulé « Le Japon au xxie siècle : dynamiques et mutations », avait brillamment mis en exergue les multiples facettes du Japon contemporain. Pour l’édition 2016, nous avons retenu le thème suivant : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon ».

Dans le discours sur le Japon, l’importance de l’image, en tant que reproduction d’un objet ou d’une figure, est régulièrement soulignée, à travers la complexité de son écriture, la finesse et la force de ses expressions picturales ou encore la richesse de son énergie créative. L’expression « arts graphiques » se réfère ici à l’ensemble des processus qui touchent à la conception visuelle et à la mise en scène des créations artistiques par différentes techniques : écriture, rouleaux illustrés, dessin, peinture, gravure et estampe, photographie, cinéma… À noter que l’ensemble de ces créations peuvent être utilisées à des fins uniquement artistiques, mais aussi industrielles ou commerciales (messages publicitaires, édition, affiches, revues, etc.). Quant à la « culture visuelle », intimement liée aux visual culture studies anglo-saxonnes, qui ont renouvelé les manières d’envisager l’utilisation des images dans nos sociétés, elle renvoie au rapport complexe qui existe entre l’émetteur et le récepteur dans une relation médiatisée par l’image. Celui-ci ne se limite pas à l’analyse des images/illustrations, mais touche également à la question de leur réception, de leur diffusion, des conditions de leur production.

Autrement dit, par ce thème, il s’agit d’embrasser l’ensemble des représentations visuelles et artistiques du Japon et de s’interroger sur les aspects sociaux, politiques, esthétiques ou médiatiques associés à celles-ci. Nous choisissons sciemment de ne pas fixer de limites temporelles, pour accueillir une réflexion autant sur le Japon ancien que contemporain, et espérons que cette recherche collective offrira un éclairage pertinent sur les avancées actuelles en la matière et permettra un dialogue entre champs disciplinaires divers (histoire de l’art, sociologie de l’art, anthropologie, économie culturelle, politique des images, etc.), en rassemblant de nombreux chercheurs confirmés ou débutants.

Espérant que ce colloque sera l’occasion de découvertes et de rencontres fructueuses, nous vous souhaitons à tous un excellent séjour à Lyon,

Les organisateurs : Cléa Patin, Julien Bouvard

Lien vers le site du colloque : https://sfejcolloque2016.wordpress.com
Lien vers le programme : https://sfejcolloque2016.wordpress.com/programme/
Résumés des interventions : https://sfejcolloque2016.wordpress.com/resumes-des-interventions/