[Conférence]”L’histoire et l’évolution du hip-hop au Japon – Le rap japonais en perspective”, MCJP, 27 février 2024 à 18h30

Au cours du premier semestre 2024, la Maison de la culture du Japon à Paris (MCJP) organise une série d’événements sur le hip-hop japonais.

Cette série est animée en collaboration avec RJHH (Real Japanese Hip Hop) principal média étranger dédié à la culture hip-hop japonaise en dehors du Japon, fondé et présidé par Roger Atangana Kolo (Attango), et aussi avec Sonikem, compositeur, DJ et rappeur. 

La première conférence sera donnée mardi 27 février 2024 à 18h30 en présence de Roger et Sonikem qui raconteront l’histoire et l’évolution du hip-hop au Japon. Un moment convivial pour découvrir et redécouvrir la scène musicale japonaise.

L’histoire et l’évolution du hip-hop au Japon – Le rap japonais en perspective – Maison de la culture du Japon à Paris (mcjp.fr)

Le hip-hop japonais, en particulier le rap japonais, est aujourd’hui une force culturelle influente. Cette conférence explorera l’histoire fascinante de ce mouvement musical et culturel. Elle reviendra sur les débuts du hip-hop au Japon dans les années 1980, quand les premiers artistes qui embrassaient ce mouvement se confrontaient à des barrières linguistiques. Elle retracera l’évolution du rap japonais des années 90 jusqu’à nos jours, marquée par le développement de divers styles et sous-genres (gangsta rap, jazzy, alternative…) et l’utilisation croissante de la langue japonaise. Un aspect essentiel de la conférence portera sur l’influence du rap japonais dans la société nippone contemporaine.

Réservation (gratuit) : Choix des places [Maison de la culture du Japon à Paris | 27.02.2024 – 18:30 | L’histoire et l’évolution du hip-hop au Japon] – Maison de la culture du Japon à Paris (secutix.com)

[Conférence] “Kobo Abe et la France”, MCJP, 5 mars 2024 à 18h30

Cette année 2024 est le 100e anniversaire de naissance de Kobo Abe. La Maison de la culture du Japon à Paris (MCJP) organise une série d’événements intitulée “Kobo Abe, le maître du surréalisme” du mardi 5 au 9 mars.

Conférence “Kobo Abe et la France”
Mardi 5 mars 2024 à 18h30
Petite salle, Maison de la culture du Japon à Paris

En japonais avec traduction consécutive.

Entrée libre sur réservation : Choix des places [Maison de la culture du Japon à Paris | 05.03.2024 – 18:30 | Kobo Abe, le maître du surréalisme] – Maison de la culture du Japon à Paris (secutix.com)

Chercheur en littérature et culture du Japon d’après guerre, Koji Toba enseigne à la Faculté des lettres, des arts et des sciences de l’université Waseda. Son troisième livre consacré à Kobo Abe – Kobo Abe – Écrire avec une gomme (titre provisoire) – sera prochainement publié au Japon. Lors de sa conférence, il lèvera le voile sur la vie de cet écrivain mystérieux qui n’a jamais écrit sur lui, tout en nous présentant les liens entre Kobo Abe et la France.

[2 journées de conférence] “Le Dit du Genji”, les 24 février et 2 mars 2024, Musée Guimet, Paris

Dans la cadre de la programmation autour de l’exposition « A la cour du Prince Genji », le musée Guimet et la Fondation Franco-Japonaise Sasakawa invitent, pour la première fois en France, quatre personnalités littéraires japonaises d’exception. Elles éclaireront le Dit du Genji grâce à leur connaissance intime, l’œuvre de Murasaki Shikibu.

Lieu : Musée Guimet, Auditorium Jean-François Jarrige; lien vers le site Internet.

Dans le cadre de sa programmation autour de l’exposition A la cour du Prince Genji le musée Guimet invite deux mangakas japonaises et met en lumière deux de leurs opus remarquables consacrés à l’œuvre la plus célèbre de la littérature japonaise : le Dit du Genji. L’un à paraître au Japon sera présenté en avant-première en France à cette occasion ; l’autre, tout récemment publié aux éditions Synchroniques, est la première édition française dessinée de l’œuvre magistrale de Murasaki Shikibu.

  • 14h Introduction
    Du roman au manga : un défi sans égal !
  • 14h15 -15h15 Héros et héroïnes : les personnages essentiels du Dit du Genji
    En dialogue avec Cyril Coppini, Harumo Sanazaki donne vie aux personnages les plus importants de l’œuvre de Murasaki Shikibu et révèle les premières planches de sa prochaine publication.
  • Harumo Sanazaki, dessinatrice et scénariste, a été formée au sein de la prestigieuse École supérieure Municipale Sumidagawa de Tokyo. Autrice prolifique de mangas, elle a publié à ce jour plus d’une centaine de titres ! Elle enseigne aujourd’hui à l’Université de Création de la Toei Animation où elle est chargée de la « Section Manga et traité du Manga ».
  • 15h15 Pause
  • 15h30-16h30 Comment évoquer l’univers de la cour de Heian ? Comment individualiser les différents personnages du Dit du Genji ?
    Traduction simultanée français anglais
  • En dialogue avec Cyril Coppini, Sean Michael Wilson et Inko Ai Takita révèlent les choix et les partis pris de la première version manga en français du Dit du Genji publiée par Benoît Labayle.
  • Inko Ai TAKITA est une dessinatrice japonaise de manga originaire de Tokyo. Diplômée de la Zokei University of Art & Design de Kyoto, elle s’installe en Angleterre et étudie au Central St. Martin’s College of Art & Design.
  • Ecrivain écossais Sean Michael Wilson vit au Japon. Il y a publié plus de 40 livres sur l’histoire nipponne, les samouraïs et la culture contemporaine. En 2017, son livre Secrets of the Ninja a remporté un prix international du manga décerné par le gouvernement japonais. En 2020, il a reçu le Scottish Samurai Award. En 2021, son livre The Minamata Story a remporté une médaille d’argent au Freeman Book Awards.
  • Modérateur : Cyril Coppini
    Après des études à l’INALCO et plusieurs séjours au Japon, Cyril Coppini s’installe définitivement au Japon 1997. Humoriste de Rakugo, il est aujourd’hui basé à Osaka. En octobre 2023, il joue à l’Olympia dans le cadre de la soirée de lancement d’Akane Banashi, un manga sur le Rakugo traduit en français. Il est également traducteur de jeux vidéos et de mangas : Le Rakugo, à la vie, à la mort ; Détective Conan ; La grande traversée ; Apprenti criminel ; Danganronpa III ; Trains of cold steel III…). Il se produit régulièrement à la télévision (NHK World) et sur la bande FM japonaises.
  • 16h45 -17h30 dédicace à la librairie

Tenue cosplay bienvenue !

Lieu : musée Guimet, Auditorium Jean-François Jarrige; lien vers le site Internet.

Dans la cadre de la programmation autour de l’exposition « A la cour du Prince Genji », le musée Guimet et la Fondation Franco-Japonaise Sasakawa invitent, pour la première fois en France, quatre personnalités littéraires japonaises d’exception. Elles éclaireront le Dit du Genji grâce à leur connaissance intime, l’œuvre de Murasaki Shikibu.

Événement gratuit, réservation recommandée sur la billetterie en ligne.

  • Le Dit du Genji et les Japonais
    Introduction : Shigeatsu Tominaga, Président de la Fondation Franco-Japonaise Sasakawa.
  • 10h45 – Mutsuo Takahashi : La poésie dans le Dit du Genji
    Pourquoi le waka, cette forme particulière de la poésie japonaise, centrale dans le livre de Murasaki Shikibu, est-il privilégié par les hommes et les femmes de la cour de Heian au détriment de la conversation et des rencontres ? Que cela nous dit-il des relations entre les femmes et les hommes de l’aristocratie Heian ?
    Comment le Dit du Genji est-il devenu intemporel et résolument moderne ? Pourquoi, mille ans après sa rédaction, est-il toujours aussi influent dans la culture japonaise ?
    Mutsuo Takahashi est un poète japonais, auteur de nombreux recueils de poèmes, de romans et d’essais. Proche de Mishima, il est aujourd’hui Membre de l’Académie japonaise des arts et personnalité du mérite culturel.
  • 12h – Junko Yamamoto : Quelle est la signification du prénom du Genji « Hikaru » ?
    « Hikaru », en japonais, signifie « la lumière » et, symboliquement, renvoie à l’apparence, la lignée, les aspirations, les pouvoirs politique et financier… S’il brille dans sa prime jeunesse, Hikaru Genji s’aperçoit à l’aurore de ses jours de la vacuité de tout et connait alors un satori, une nouvelle lumière. Junko Yamamoto dessine le cheminement du prince d’une lumière à l’autre et éclaire ainsi l’histoire profonde du Dit du Genji.
    Junko Yamamoto est Professeure à l’Université des Sciences avancées de Kyôto, Chercheuse en littérature de l’époque Heian. Elle a remporté le Prix de l’histoire et de la culture ancienne pour son livre Lire le Genji Monogatari dans l’esprit des gens de Heian (disponible en japonais uniquement).
  • 14h30 – Dialogue entre Mitsuyo Kakuta et Prof. Junko Yamamoto
    Mitsuyo Kakuta a récemment publié au Japon une version modernisée du Dit du Genji. Avec Junko Yamamoto, elles échangent sur cette entreprise titanesque d’une dizaine d’années. Quelles motivations, quelles difficultés rencontrées ? Quels partis pris assumés ?
    Avec son roman Celle d’une autre rive, Mitsuyo Kakuta a obtenu le prestigieux prix Naoki. Son roman La Cigale du huitième jour a été un grand succès au Japon et a fait l’objet d’une adaptation cinématographique. Mitsuyo Kakuta répond très rarement aux sollicitations d’interviews et de conférences. C’est donc un grand honneur pour nous de la recevoir en France où ses livres sont édités chez Actes Sud.
  • 15h45 – Fusae Kawazoe : Lire le Dit du Genji au travers des arts de la Chine
    De nombreuses références à des objets en provenance de Chine parcourent le Dit du Genji. Appelées « marchandises Tang », calambac, lapis lazuli, céramique céladon, papier chinois, tissus, fourrure, chat, elles proviennent de toutes les régions chinoises. Fusae Kawazoe montre la présence de ces objets chinois et leur rôle dans le Dit du Genji.
    Fusae Kawazoe est professeure émérite de l’Université Tokyo Gakugei et docteur en littérature, spécialisée dans la littérature de l’époque Heian et les objets de la Chine des Tang. Elle est l’auteur, entre autres, de Genji Monogatari and East Asia World (NHK Books), Tang Dynasty Cultural History Japan.

[Conférence] Barak Kushner, “The Geography of Injustice: East Asia’s Battle between Memory and History”, jeudi 15 février 2024, Université Paris Cité

Dans le cadre du cycle de conférences Current Research on East Asia de la Graduate School of East Asian Studies, nous accueillons le jeudi 15 février prochain Barak Kushner, Professeur d’histoire de l’Asie orientale à Université de Cambridge.

Cette conférence s’appuiera sur son livre à paraître chez Cornell University Press et intitulé The Geography of Injustice : East Asia’s Battle between Memory and History.

https://www.cornellpress.cornell.edu/book/9781501774010/the-geography-of-injustice/

L’évènement a lieu en salle Léon Vandermeersch de l’UFR LCAO (481 C), bâtiment des Grands Moulins, de 17h00 à 18h30. 

Vous pouvez également la suivre sur le lien zoom suivant : 

https://u-paris.zoom.us/j/85096166643?pwd=VlZUQmtGbXNlSmFWaVVtSVZwTi9BZz09

ID de réunion : 850 9616 6643; Code secret : 591397

[Webinaire]”Research on Modern Japanese Literature Using Full-Text Data”, du 1er au 29 février 2024

La bibliothèque nationale de la diète organise un webinaire adressé aux bibliothécaires et aux chercheurs qui travaillent notamment sur la littérature moderne. Ce webinaire est disponible jusqu’à la fin du mois et portera sur le thème suivant : 

« Research on Modern Japanese Literature Using Full-Text Data »

https://www.ndl.go.jp/en/library/training_jsl.html


Thomas Garcin (directeur de l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise de Tokyo) en profite pour vous transmettre le lien vers le nouveau programme de l’IFRJ-MFJ et vous rappeler que tous les événements agrémentés d’une petite icône représentant une caméra seront en format hybride :

https://www.mfj.gr.jp/agenda/programme/prog2024_02-03-web.pdf

[Cycle de conférences]”Productions et pratiques culturelles du Japon contemporain”, vendredi 19 janvier 2024

Jeremy Corral et Chiharu Chujo ont le plaisir d’annoncer la deuxième édition du cycle de conférences en ligne Productions et pratiques culturelles du Japon contemporain, organisé par les membres de l’équipe Populations japonaises (CRCAO-IFRAE). La première séance se tiendra le vendredi 19 janvier 2024, de 13h30 à 16h.

Pour participer, vous pouvez vous inscrire en cliquant sur ce lien.
N’hésitez pas à diffuser l’information aux personnes intéressées.   

Présentation

La culture populaire contemporaine japonaise attire de plus en plus l’attention, tant du public général que du monde académique. S’il existe déjà, tout particulièrement en langues japonaise et anglaise, une littérature consacrée par exemple aux mangas et aux films d’animation, d’autres domaines tels que la musique et les cultures urbaines sont encore peu abordés. Par ailleurs, les objets étudiés, souvent examinés par le biais de leur contenu ou des pratiques de production et de consommation desquelles ils sont directement issus, sont généralement peu saisis au moyen d’approches croisées ou ancrées dans l’histoire culturelle. Cet état de l’art révèle la nécessité d’intensifier les échanges entre les disciplines, les champs d’études, mais aussi les aires académiques. Afin de développer la recherche sur la culture populaire contemporaine japonaise en France et d’ouvrir de nouvelles perspectives collaboratives, il semble opportun d’amplifier le dialogue transnational. À cet effet, notre intention est d’abord de proposer en ligne un cycle de conférences au sujet des études sur la culture populaire du Japon contemporain. Chaque séance, organisée autour d’un thème déterminé, a pour objet de présenter les travaux de deux chercheurs.ses d’aires académiques différentes et d’offrir un espace de discussion entre eux.elles et avec le public.
En s’insérant au sein du projet « Populations japonaises », il est question de relier le contenu des interventions aux problématiques sociales du Japon contemporain et de cerner par le biais de la production et des pratiques culturelles populaires les rapports de force qui se jouent au sein de la société japonaise. Il faut en effet considérer que la production et les pratiques culturelles d’une communauté donnée, outre refléter et participer à produire le contexte avec lequel cette dernière est en prise et composer des cadres d’organisation normatifs, peuvent aussi former un levier d’affirmation de caractères « autres » spécifiques. Croiser les procédés de création et de réception des objets culturels ; mettre en perspective les productions et les phénomènes décrits avec leur interprétation et leurs pratiques d’appropriation collectives ; examiner les dynamiques de cohésion des groupes autour de la consommation et de la (re)production de produits ou de messages déterminés ; considérer comment sont perpétuées ou défiées les représentations genrées, générationnelles et de classes ; inspecter l’articulation entre les pratiques locales et leur mise en (in)visibilité nationale, tout en ancrant l’analyse dans le contexte social, politique, économique et plus largement culturel de l’époque concernée, nous permet d’appréhender où se situent certaines des dynamiques de consolidation des cadres normatifs et de (re)médiation des mythes à l’égard du Japon contemporain, puis d’identifier en réaction quelles peuvent en être les stratégies de résistance. Notre proposition, en s’inscrivant dans le projet de recherche « Populations japonaises », a pour visée d’aborder de manière transversale les différentes questions que ledit projet soulève de manière générale.
La seconde édition du cycle s’inscrit dans une volonté d’approfondir l’exploration des diverses manifestations de la culture japonaise contemporaine. Les axes de discussion prévus couvrent des domaines variés : les mécanismes d’appropriation et de recréation dans les univers imaginaires, la représentation de l’environnement urbain à travers la musique ambient, l’utilisation du corps sportif en tant qu’outil de représentation individuelle, ainsi que la publicité d’après-guerre. Ces thématiques, soutenues par des approches pluridisciplinaires, nous permettront d’explorer les dynamiques culturelles, sociales et artistiques qui ont contribué à façonner le Japon contemporain.

1. Des processus d’appropriation et de recréation dans les mondes imaginaires japonais contemporains / Processes of appropriation and re-creation in contemporary Japanese imaginary worlds

Vendredi 19/01 13:30-16:00
Ryan Scheiding (Georgia Institute of Technology) : Monsters, Time-Travel, & Fantasy Worlds: Collective Memory & Allegorical Representations of Hiroshima & Nagasaki in Japanese Video GamesJessy Escande (Osaka University) : Shades of cultural appropriation in Japanese fantasy, from creative borrowings to commodification of foreign culturesDiscutant : Romain Lebailly (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 

2. Musique ambiante et représentations de l’environnement urbain japonais/ Ambient music and representations of the Japanese urban environment

Lundi 25/03 10:00-12:30
Matthew James Stefanyszyn (School of Oriental and African Studies) : Toshi Kankyō Ongaku: Visions of Nature in Urban Environmental MusicKenjirô Muramatsu (Université Jean Moulin Lyon 3) :  Hosono Haruomi’s turn to ambient music in the 1980s: “Down to the earth” as a mise en abîme of the urban environmentDiscutant : Cyrian Pitteloud (Université de Lille) 

3. Le corps sportif comme outil de représentation individuelle et collective dans le Japon contemporain / The athletic body as a tool of individual and collective representation in contemporary Japan

Jeudi 09/05 10:00-12:30
Kazuma Takezaki (Meiji University) : Recover of Masculinity after World War Ⅱ in Japan : Emergence of Bodybuilding Culture in 1950’sFabienne Duteil (Université Bordeaux Montaigne) : Representations on Instagram of the bodies of Japanese Students enrolled in Sports Clubs : The body as a 

communicationaltool of emotion and actionDiscutante : Guillaume Ivanka (Institut national des langues et civilisations orientales) 

4. Consommation et publicité dans le Japon d’après-guerre / Consumption and advertising in post-war Japan

Mercredi 05/07 10:00-12:30
Aoi Katakura (Tokyo Metropolitan University) : Package Design of Japanese Confections’ Omake Culture: the small paper boxes of Japanese CaramelsElise Voyau (Institut national des langues et civilisations orientales): Exploring the representation of women in Japanese commercial photography of the 1960s and 1970sDiscutante : Cécile Laly (Kyoto Seika University)

[Conférence] Shigeru BAN, MCJP, 25 janvier 2024 à 18h30

L’architecte japonais Shigeru BAN donnera une conférence, en anglais sans traduction intitulée :

“L’architecture : un équilibre entre création et engagement social”
Jeudi 25 janvier 2024 à 18h30
Maison de la Culture du Japon à Paris

Shigeru Ban a fondé en 1985 son agence après des études d’architecture aux États-Unis. Elle a connu un développement significatif au cours des années puisqu’elle compte aujourd’hui des bureaux à Tokyo, Paris et New York. 

En 1995, il fonde l’ONG VAN (Voluntary Architect’s Network) dont l’objectif est de soutenir les réfugié.e.s de guerre ou de catastrophes naturelles pour lesquels il créé des abris d’urgence sous l’égide du Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies (UNHCR).  

Lors de cette conférence, Shigeru Ban nous présentera une vision humaniste et responsable de l’architecture dans laquelle cohabitent créativité, exigence esthétique et engagement social, humanitaire et écologique.  

Lien vers les informations sur la conférence.

[Séminaire de recherche] Institut d’Asie orientale (UMR5062) – Programme janvier/juin 2024

Le séminaire de recherche de l’Institut d’Asie orientale (UMR5062) a lieu une fois par mois; les séances ont lieu en visioconférence avec une inscription disponible sur ce lien.

Programme de janvier à juin 2024

  • Vendredi 12 janvier 2024, 14h-15h30 : « L’étreinte de la patrie : décolonisation, sortie de guerre et violence à Taiwan, 1947 » , par Victor Louzon (Sorbonne université)
  • Vendredi 9 février 2024, 14h-15h30 : « La reconstruction à Fukushima en question : Namie, un village de campagne propulsé en modèle de résilience urbain post-accident nucléaire », par Cécile Brice-Asanuma (CNRS)
  • Vendredi 29 mars 2024, 14h-15h30 : « L’asymétrie mémorielle Algérie-Indochine en France : ou comment expliquer l’oubli indochinois ? » par Christopher Goscha (UQÀM)
  • Vendredi 12 avril 2024, 14h-15h30 : « Na San, le prélude » par Philippe Gras (ministère de la Défense)
  • Vendredi 17 mai 2024, 14h-15h30 :  « La précarité au travail pendant la haute croissance japonaise » par Bernard Thomann (INALCO)
  • Vendredi 21 juin 2024, 14h-15h30 : « Interconnecting Networks of Human Trafficking in Treaty-Port China and Beyond (1830-1930s) » par Mònica Ginés-Blasi (Marie-Curie / IAO)

Les résumés de ces conférences sont disponibles sur ce lien.

[Conférence]”Japan and the Journey of Soy: From Food from Somewhere to Washoku”, 12 décembre 2023, 18h JST et sur Zoom

Dans le cadre des Kyoto Lectures, Felice Farina (Università degli Studi di Napoli « L’Orientale ») donne une conférence sur « Japan and the Journey of Soy: From Food from Somewhere to Washoku » mardi 12 décembre 2023 à partir de 18h (heure du Japon) et 10h (heure française) sur Zoom.

https://us02web.zoom.us/j/86875319515, Meeting ID: 868 7531 9515 

[Podcast]Le Japon en perspective, Les sociétés villageoises du Japon d’Edo à travers leurs temples et leurs sanctuaires avec Yannick Bardy

Pour cet épisode, Grégoire Sastre reçoit Yannick Bardy, maître de conférences à l’université de Lille, membre du laboratoire CECILLE et chercheur associé au CRJ de l’Ehess. Il est historien, spécialiste des sociétés locales japonaises durant la période d’Edo (1600-1868).
À travers ses recherches sur les sanctuaires shintō de la province d’Izumi, il nous présente le fonctionnement des sociétés villageoises du Japon de la période d’Edo.

Informations complémentaires et podcast sur ce lien.