[Appel à communications] “Resurgent Authoritarianism: The Sociology of New Entanglements of Religions, Politics, and Economies”(Panel pour le congrès de l’International Sociological Association 2023 – date limite 31 mai 2022)

XX ISA World Congress of Sociology

Melbourne, Australia, June 25-July 1, 2023

ISA Congress Theme: Resurgent Authoritarianism: The Sociology of New Entanglements of Religions, Politics, and Economies

CALL FOR SESSIONS
RC18 Theme: Authoritarianism and democratic resistance: boundaries, contexts, appropriations

Programme Coordinators:
Maricel RODRIGUEZ BLANCO, maricel.rblanco[at]gmail.com 
Naoko TOKUMITSU-PARTIOT, Naoko.tokumitsu[at]gmail.com

Since the beginning of the 21st century, we have observed the rise of authoritarian regimes in several countries but also the development of authoritarian modalities within formal democracies. In what contexts and by what means is this authoritarianism being implemented? From the questioning of individual freedoms, restrictions on pluralism, the non-respect of the rule of law, arbitrary power, to the repressive or even totalitarian forms adopted by certain States, the concrete conditions of these authoritarianisms vary according to the context and invite us to reopen the question of the definition of the phenomenon and the identification of its criteria. What issues distinguish these contemporary authoritarianisms from older ones? How do authoritarian regimes differ according to their context of emergence? In Latin America, for example, authoritarian regimes are established against a backdrop of increased socio-economic inequalities and are spreading, leading to a regression in social, sexual and reproductive rights, even going so far as to call into question the question of the separation of church and state, as in Jair Bolsonaro’s Brazil. In Europe, the authoritarian drifts of certain governments, such as that of Mateusz Morawiecki in Poland or Viktor Orbán in Hungary, bear witness to forms of state centralization and arbitrary control of the media and the population, pushing back the boundaries of the rule of law. The recent management of the pandemic was in some cases a context conducive to the concentration of power in the hands of the state, whether through the use of digital techniques or emergency measures. In addition, contemporary authoritarian forms are finding increasingly important relays in certain non-state actors such as religious institutions, neighborhood associations, social movements, citizens’ groups, or mobilized collectives, which participate in the implementation of repression and control.

Yet authoritarianism also meets resistance in many states, such as the anti-corruption and anti- authoritarianism movements in Brazil, the feminist movements in Argentina, Chile and South Korea, or the political mobilizations of students and young people challenging the legislation on the protection of state secrets. What can political sociology say about these reconfigurations? How can we analyze these authoritarian forms and their resistance? What obstacles and limits do anti-authoritarian mobilizations in these contexts face? This call therefore invites colleagues from different backgrounds to rethink the definitions of authoritarianism, their boundaries and their contexts, in order to account for the conditions of implementation of these regimes, the social and political environment of these forms of government, the resistance they produce, and the circulation of these notions at the international level.

With this call, we invite proposals for international panels presenting approaches to political sociology in the broadest sense, whether theoretical or based on empirical investigations. A comparative dimension between several regions of the world is welcome. The main axes to which the proposals may respond are the following:

1) Authoritarian drifts and relations with economic regimes (effects and dynamics of globalization, demobilizing effects of neoliberalism, etc.)

2) Forms of surveillance and control of populations (justice, police authorities, media, technological tools, etc.)

3) Citizen participation in authoritarian regimes and in the defense of public morality (voting, abstention, defense of religious ideas, etc.)

4) Resistances to authoritarianisms and democratic experiences (participation and protest powers, feminist social movements, climate movements, etc.)

Submit your session proposal by May 31, 2022 24:00 GMT through the online platform:https://isaconf.confex.com/isaconf/wc2023/rc/cfs.cgi?
Details on how to set up your ISA user account can be found here: https://www.isa-sociology.org/en/conferences/world-congress/melbourne-2023/deadlines-2023

Call for paper in English

[Conférence] “Mémo aléatoire sur la “liberté d’expression” basé sur l’expérience personnelle”, par Ônishi Hiroshi, et “Walden, espace de liberté et de création : la rencontre Kurita, Thoreau, Talbot”, par Teddy Peix

Séminaire Langarts
“Liberté en création”
Le vendredi 13 mai 2022 de 10h00 à 13h00
Maison de la Recherche, Sorbonne Université, 28 rue Serpente, 75006 Paris, Salle D116,

Organisation : Zélia Chueke, Isaac Chueke et Hyeonsuk Kim,

7e séance : ÔNISHI Hiroshi (traduction Isabelle Charrier) & Teddy PEIX
Inscriptions : liberteencreation[at]gmail.com

Participation présentielle ou virtuelle
Lien d’accès : Joindre conversation

7e séance-Liberté en création
Prochaines séances : 10 juin, 16 septembre, 14 octobre, 18 novembre, 16 décembre 2022
Site de Langarts : https://langarts.hypotheses.org

Réseau d’entraide de chercheuses et chercheurs en études japonaises pour l’accès à la documentation au Japon

Un réseau d’une trentaine de chercheurs réunis autour de Chelsea Szendi Shieder (Aoyama Gakuin) et Ran Zwingenberg (Pennsylvania State University) propose ses services pour aider les celles et ceux qui ne peuvent accéder aux sources situées au Japon faute de pouvoir s’y rendre.

Il est possible de formuler vos demandes en remplissant le formulaire disponible en cliquant sur le lien ici.

Il s’agit d’une action bénévole à utiliser avec modération. En cas de besoin d’un nombre important de documents, les membres de ce réseau proposent également de mettre en relation les personnes intéressées avec des assistants à rémunérer.

Voici le message laissé par les organisateurs :

We are a collective of Japan-based scholars willing to help scholars locked *out* of Japan access odds and ends of materials *in* Japan. We may not be able to fulfill requests that require extensive archival work. We may be able to link scholars up with research assistants in Japan for more extensive work for pay (see final question for help to connect).

Please keep in mind that we are volunteers taking time out of our schedules to do this. Please exhaust all of the institutional resources you have before requesting through us.

Conférence / “Five Things You’d Want to Know in Explaining Japan’s Surrender in 1945”, conférence de Sheldon Garon (vendredi 10 décembre 2021, 18h-19h30)

Sheldon Garon (Princeton/2021-2022 Paris Institute for Advanced Study Research Fellow)

“Five Things You’d Want to Know in Explaining Japan’s Surrender in 1945”

La conférence se tiendra vendredi 10 décembre de 18h à 19h30 dans le cadre du cycle de conférences de professeurs invités étrangers, Current Researches on Contemporary Asia, mis en place en 2021-2022 pour notre École Universitaire de Recherche (EUR) en Études sur l’Asie Orientale.

Si vous souhaitez suivre la conférence en ligne, merci de contacter : ken.daimaru[at]u-paris.fr


RÉSUMÉ :
 

To most Americans, it is obvious that the two atomic bombs ended World War II. Yet at least four other developments helped persuade Japanese leaders to surrender. In addition to the Soviet Union’s entry into the war, the Allied blockade starved the Japanese home front of food and fuel; the expanding U.S. firebombing campaign devastated 64 cities; and Japanese elites closely followed the recent defeat of Nazi Germany, which had fought to the finish, and few wished to continue the war to the point of national annihilation. Understanding the Japanese side of the story advances us well beyond the existing American-centered analyses.


BIO : 
Sheldon Garon est professeur d’histoire et d’études est-asiatiques à l’université de Princeton. Spécialiste de l’histoire du Japon moderne, il écrit également des ouvrages d’histoire transnationale/globale qui mettent en lumière la circulation des idées et des institutions entre l’Asie, l’Europe et les États-Unis. Ses travaux sur l’histoire du Japon portent sur les relations entre l’État et la société dans les domaines du travail, des mouvements en faveur des femmes, de la prostitution, des politiques sociales, de la religion et des campagnes de « persuasion morale ». Il a reçu le Humboldt Research Award et a été boursier de la Harry Frank Guggenheim Foundation, du Leverhulme Trust, du Woodrow Wilson International Center et du National Endowment for the Humanities.


INFOS PRATIQUES: 

Vendredi 10 décembre 2021 (18h-19h30)

La présentation et les échanges auront lieu en anglais.


Lieu.

Salle 479C Grands Moulins Université de Paris 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris UFR LCAO

Conférence / “生殖補助技術から日本の家族・生殖・ジェンダーを考える / Famille, reproduction et genre au Japon : ce que dessine la PMA (19 novembre 2021, 12h-14h)

Mme Tsuge Azumi, professeure d’anthropologie médicale à l’université Meiji gakuin, donnera une conférence le 19 novembre 2021, de 12h à 14h (en visio).

生殖補助技術から日本の家族・生殖・ジェンダーを考える
Famille, reproduction et genre au Japon : ce que dessine la PMA 

La conférence sera donnée en japonais et sous-titrée en français, elle sera suivie d’une discussion autour de la PMA en France et au Japon, animée par Isabelle Konuma (droit japonais, IFRAE/Inalco, présidente du Conseil Scientifique et pédagogique de la Cité du Genre), avec Mikaël Agopiantz (INSERM U1256 NGERE, Chef de Service de Médecine de la Reproduction au CHRU de Nancy) et Fabrice Cahen (historien, INED, UR11 et UR4).


Il s’agit de la conférence inaugurale du cycle de conférences internationales de la Cité du Genre, en présence de Christine Clerici, Présidente d’Université de Paris.

Pour recevoir le lien zoom, vous pouvez écrire à : anais.de-muret-de-labouret@parisdescartes.fr

Poster de la conférence disponible ici.

Association Interdisciplinaire des Ethnographies Japonaises

L’Association Interdisciplinaire des Ethnographies japonaises souhaite rassembler les chercheurs travaillant sur le Japon contemporain et partageant un intérêt pour la pratique de l’ethnographie comme méthode d’enquête. Elle est donc interdisciplinaire : sont invités les ethnologues et anthropologues, les sociologues, les géographes, les politologues… tout chercheur qui fait de l’enquête de terrain sa méthode première.


Fondée en 2021 par des chercheurs appartenant à différentes institutions, en France et hors de France, suite à une première journée d’études consacrée à l’enquête ethnographique au Japon, soutenue par de grandes unités de recherche françaises, c’est une association qui se veut ouverte à toute personne intéressée par ses objectifs, à commencer par les étudiants qui se destinent à un travail ethnographique. Y adhérer est simple et permet de se tenir au courant des nombreux travaux effectués sur le terrain japonais.

Ethnographies japonaises se donne pour programme l’organisation de rencontres annuelles. Elle soutient également des séminaires et journées d’études thématiques plus ponctuels.

Lien vers le Carnet Hypothèses de l’association => https://terrainjapon.hypotheses.org

École Française d’Extrême Orient (EFEO)

L’Ecole française d’Extrême-Orient (EFEO), fondée en 1900 à Saigon, a pour mission la recherche interdisciplinaire sur les civilisations asiatiques, de l’Inde au Japon. L’EFEO est présente, grâce à ses 18 centres de recherche, dans 12 pays d’Asie. Cette spécificité permet à ses 42 chercheurs permanents (anthropologues, archéologues, linguistes, historiens, philologues, sociologues des religions, etc.) d’être sur les terrains de leurs études, et d’animer un réseau de coopérations locales et d’échanges internationaux entre scientifiques orientalistes.

Les centres de l’EFEO en Asie

Installés dans des lieux-clés pour les études de terrain en Asie, les centres de l’EFEO, constituent des points de rencontre privilégiés pour les chercheurs :

– ils mettent à leur disposition d’importantes ressources documentaires en langues vernaculaires ainsi qu’une connaissance unique de l’environnement local
– ils servent de plate-forme scientifique, stimulant des échanges entre chercheurs de passage européens et mettant ceux-ci en relation avec des partenaires scientifiques locaux, aussi bien dans leur spécialité qu’au-delà (par exemple en organisant des conférences internationales, des ateliers ou des séminaires) 
– ils facilitent l’immersion linguistique et culturelle, et les échanges, dans les sociétés et les communautés locales
– ils soutiennent les collaborations internationales et contribuent à l’émergence de recherches de premier plan au niveau mondial
– ils offrent un soutien pratique et logistique aux jeunes chercheurs et aux nouveaux arrivants sur le terrain
– ils favorisent les rencontres en dehors du monde académique, avec certains réseaux locaux et internationaux, avec diverses organisations ou associations (par exemple, avec des diplomates européens, des décideurs politiques, des leaders d’opinion ou des responsables d’organisations non gouvernementales).

Ouvert en 1968, le centre de l’EFEO à Kyoto, actuellement dirigé par Martin Nogueira Ramos, a pour mission le développement et la valorisation des recherches sur le Japon ancien et contemporain dans le domaine des sciences humaines et sociales. Initialement installée dans le monastère Zen du Shōkokuji, au nord du Palais impérial, l’EFEO a consolidé sa présence à Kyoto en se dotant d’un nouveau centre de recherche au début de l’année 2014. L’architecture du centre, exemplaire sur le plan des qualités environnementale et architecturale, a été récompensée par un prix de la Fondation Holcim pour la construction durable.

En tant qu’institution de recherche, le site est pourvu d’une riche bibliothèque (de plus de 10 000 ouvrages) sur trois niveaux (Japon, Inde, Chine), spécialisée dans les études classiques et les religions d’Asie. Ce fonds documentaire, constitué depuis les années 1960, comprend une grande partie d’ouvrages en langues asiatiques (principalement en japonais, chinois, coréen). 

Le centre est voué à accueillir d’autres institutions européennes, à commencer par l’ISEAS (Italian School of East Asian Studies). Conçu pour devenir un pôle régional en Asie orientale, au sein du réseau des 18 centres de l’EFEO et en partenariat avec les universités japonaises, il est un lieu de rencontre international pour l’étude des civilisations asiatiques.

L’EFEO Kyoto est partenaire de l’ISEAS et, depuis 2003, de l’Institut de recherche en sciences humaines de l’université de Kyoto. Le centre entretient aussi des liens privilégiés avec le Tōyō bunko (Tokyo), le Centre international d’études japonaises (Nichibunken), des universités bouddhiques (Ryūkoku, Ōtani), la Maison franco-japonaise (Tokyo) et l’Institut français du Japon qui dispose d’une antenne à Kyoto. 

De concert avec leurs collègues en poste à Tokyo, les chercheurs du centre ont développé des collaborations avec différentes institutions françaises et japonaises. Au Japon, outre les institutions mentionnées ci-dessus, B. Jacquet a tissé des liens avec plusieurs universités du Kansai proposant des programmes en architecture. M. Nogueira Ramos, qui est déjà engagé dans un programme de recherche sur la présence catholique dans l’archipel avec des collègues japonais, développe de nouveaux projets ayant trait à l’histoire sociale du fait religieux. 

Le Centre de l’EFEO à Kyoto organise de nombreux colloques et séminaires en partenariat avec des institutions locales et internationales. Le centre organise mensuellement, depuis 2002, les Kyoto Lectures, un cycle de conférences dans le domaine des études asiatiques. Ce programme est organisé en partenariat avec l’ISEAS et l’Institut de recherche en sciences humaines de l’université de Kyoto. En 2014, l’EFEO a lancé un nouveau cycle annuel de conférences intitulé Anna Seidel Memorial Lecture ; ce programme, qui a été créé à l’occasion de l’inauguration du nouveau centre de l’EFEO à Kyoto, a permis d’inviter plusieurs chercheurs de renommée internationale travaillant sur les religions de l’Asie orientale.

Dès son origine, le Centre de Kyoto a été chargé, en collaboration avec l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l’Académie du Japon et la Maison-franco japonaise, de la rédaction du Hôbôgirin, dictionnaire encyclopédique du bouddhisme. Le centre assure l’édition des Cahiers d’Extrême-Asie. Depuis sa création en 1985, cette revue propose des dossiers ayant trait, en particulier, aux religions de l’Asie orientale. Par son bilinguisme français/anglais, elle s’efforce de toucher un large public de chercheurs travaillant sur l’Asie et joue un rôle de coordination entre la recherche française et la recherche internationale.

Le centre de Tōkyō, établi en 1994, est installé au sein du bunko, la plus importante bibliothèque consacrée aux études orientales au Japon et l’une des institutions de recherche les plus actives dans le domaine des études asiatiques au niveau mondial. La convention conclue entre l’École française d’Extrême-Orient et cet établissement prévoit l’échange de renseignements en matière de documentation scientifique et de publications, l’échange de chercheurs et l’exécution de projets communs.

Les bâtiments du Tōyō bunko se composent des réserves dans lesquelles les collections sont conservées, d’une salle de lecture, de salles de séminaire pour les chercheurs, ainsi que d’un musée. Le bureau du centre de l’EFEO à Tōkyō se trouve au septième étage.

Les programmes de recherche que le centre développe concernent :
– Réseaux lettrés, moines et collectionneurs dans le Japon d’Edo (1603-1867).
– Histoire des échanges internationaux en Asie orientale et en Eurasie à l’époque moderne – notamment (à partir de l’automne 2017) sur la « découverte du bouddhisme » dans les sources occidentales (1550-1850).
– Histoire de l’art et esthétique du Japon moderne.

Le centre fait aujourd’hui partie de l’équipe de recherche « systèmes de pensée et pratiques » et conduit plus spécifiquement des recherches sur l’histoire religieuse, artistique et littéraire du Japon moderne (1600-1900), ainsi que sur les échanges internationaux en Asie orientale. D’autre part il participe à l’édition des Cahiers d’Extrême-Asie, en collaboration avec son équipe éditoriale : François Lachaud du centre de Tōkyō, Martin Nogueira Ramos du centre de Kyōto, Luca Gabbiani (Paris) et Élisabeth Chabanol du centre de Séoul.

En dehors de son partenariat principal avec le Tōyō bunko, le centre est lié à l’université de Tōkyō, à l’université Keiō et l’université Jōchi (Sophia).
Le centre accueille sur rendez-vous les boursiers et les chercheurs de l’EFEO qui séjournent au Japon. À partir de l’automne 2017 un séminaire sera organisé autour d’œuvres appartenant au fonds Morrison à l’origine de la fondation du Tōyō bunko et dont l’année 2017 marque le centenaire.

Site Internet de l’EFEO : ici

Manuscrits japonais à peintures narratives de l’époque d’Edo (BNF)

Manuscrits japonais à peintures narratives de l’époque d’Edo au département des manuscrits de la BNF et dans les collections publiques françaises

Le carnet « Manuscrits japonais à peintures » présente les résultats d’un programme de recherche sur les manuscrits japonais à peintures narratives dans les collections publiques françaises, tout au long de l’avancée du projet. Vous y trouverez les séances de l’atelier de travail mensuel, des groupes de travail spécialisés (littérature, histoire de l’art, anthropologie) et la présentation des réalisations (journée d’étude, atelier de paléographie, résultats de recherches) du projet.

http://manuscritsjaponais.hypotheses.org

Université de Lille

Master Langues et Sociétés parcours Études Japonaises

Lien vers le site de la section ici.

Le Master Langues et Sociétés parcours Études Japonaises vous forme aux techniques de recherche et aux problématiques, concepts, théories et méthodologies de votre champ disciplinaire en vue de vous préparer aux métiers de l’enseignement supérieur, de la recherche et de la formation.

Trois options professionnalisantes sont proposées :  

  • L’Option Métiers de l’enseignement et de la recherche – Asie de l’Est est, en priorité, axée sur les métiers qui exigent des connaissances approfondies sur la langue et la civilisation chinoises ou japonaises. Elle s’adresse aux étudiants désireux de devenir des spécialistes du Japon dont les expertises sont fortement demandées dans divers secteurs (enseignement, recherche, administrations internationales, universités étrangères, entreprises japonaises, traduction/ interprétariat, bureaux des représentants japonais…). Il s’agit de former les experts capables de faire valoir leurs compétences en langue et civilisation de l’Asie de l’Est sur la scène internationale et ce, en faisant participer les étudiants à des étapes différentes de l’organisation de manifestations scientifiques. Le cours d’anglais scientifique vise à atteindre l’aisance nécessaire pour une présentation de travaux à l’échelle internationale.
  • L’Option Interculturalité s’adresse aux étudiants désireux d’évoluer dans un environnement multiculturel. Elle a pour but de cerner et de structurer une réalité complexe concernant nos sociétés multiples, ici et ailleurs. Il s’agit de rendre cette réalité pensable et d’examiner les moyens d’intervenir sur elle en proposant une autre manière de réfléchir sur le vivre ensemble.
  • L’Option Traduction et médiation linguistique poursuit un double objectif : d’une part, vous préparer à une insertion professionnelle directe dans le domaine de la traduction et de l’édition en sciences humaines ; et d’autre part, donner des outils praxéologiques aux étudiants s’orientant vers la recherche dans le domaine de la traductologie et de la médiation linguistique.

Selon votre activité, vous pouvez être amené à :

  • Enseigner le japonais
  • Animer des stages de langue
  • Concevoir des supports de cours et de formation
  • Effectuer des recherches documentaires approfondies sur un sujet
  • Exposer oralement un point de vue documenté et argumenté
  • Élaborer des documents écrits correspondant aux normes de publications scientifiques, en langue japonaise

Spécificités de la formation

  • Chaque séminaire est axé sur un champ disciplinaire spécifique : 1) histoire et société, 2) linguistique, 3) littérature.   
  • L’aménagement est possible pour se spécialiser dans l’une de ces disciplines pour laquelle est requise une méthodologie différente.   
  • Au-delà du souci pour la spécialisation, la formation insiste sur l’importance de l’analyse de textes / documents en japonais, compétence indispensable pour l’expertise dans la matière.  
  • Il est possible que les étudiants en M2 présentent leur travaux dans le cadre de la journée doctorale Lille-Bruxelles sur l’Asie de l’Est qui se tient annuellement en collaboration avec l’université libre de Bruxelles.  
  • Enfin, certains séminaires sont menés uniquement en japonais.

Adossement à la recherche

Les parcours du Master mention Langues et sociétés sont adossés au projet scientifique de 2 laboratoires :

Compétences visées

  • Maîtriser la langue japonaise et connaître ses structures
  • Connaître la civilisation, la culture et la société nippones
  • Élaborer une problématique, construire un objet de recherche, défendre une position personnelle
  • Mener des recherches documentaires (notamment au moyen des Technologies de l’Information et de la Communication)
  • Traiter l’information en situation complexe
  • Communiquer des informations, présenter et argumenter un sujet (à l’oral et à l’écrit, en français et en japonais)
  • Élaborer les dispositifs d’apprentissage et transmettre des savoirs et des méthodes de travail
  • Acquérir les méthodologies de la recherche
  • Utiliser les outils numériques pour la production et le transfert des connaissances
  • Développer et intégrer des savoirs spécialisés
  • Construire son projet professionnel