[Lunch Seminar]”Japan’s Geoeconomic Strategy and Challenges in the Indo-Pacific” (Friday June 16th, 12:30-14:00)

L’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise a le plaisir de vous inviter à :

Lunch Seminar on Friday June 16h, 12:30-14:00
“Japan’s Geoeconomic Strategy and Challenges in the Indo-Pacific”
Room 601 & Online / In English without translation

Speaker

Saori N. KATADA (Professor of International Relations, Univ. of Southern California)

How is Japan coping with the US-China economic competition, and how has the Japanese government formulated its trade policies and infrastructure investment strategy?  The talk will focus on Japan’s geoeconomic strategy in the Indo-Pacific, whose concept has become prominent within Japanese foreign policy since its introduction in the early 2000s. On the one hand, this regional framework has presented distinct opportunities for Japan to shape the regional economic order through enhanced economic connectivity and active rule making. On the other hand, there are looming challenges for Japan to maneuver the delicate balance within the US-China competition.
Moderator: Sébastien LECHEVALIER (FRIJ-MFJ)
Organization: FRIJ-MFJ
Co-organization: CCI France Japon
Support: French Embassy in Japan
Registration: https://www.mfj.gr.jp/agenda/2023/06/16/2023-06-16_katada/

[Webinar]”Water Multilevel Governance: Assessments and Risks” (14 juin 2023, 17:30-20:00)

L’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise a le plaisir de vous inviter à :

Online / Webinar / In English without translation
“Water Multilevel Governance: Assessments and Risks”
Wednesday June 14th, 17:30-20:00

Speakers

Kumiko OGUMA (Univ. of Tokyo), Carl MIDDLETON (Chulalongkorn Univ.), Anindrya NASTITI (Bandung Institute of Technology), Catherine BARON (Sciences Po Toulouse)


— Reaching SDG6: at what Cost? A critique of decentralized water initiatives in Asian cities. Tradeoffs between economic, technical efficiency and ecological concerns (Catherine BARON)— Decentralized Water Treatment and Supply: Technology Options and Beyond (Kumiko OGUMA)— Water Data, Water Governance and Accountability on the Mekong River (Carl MIDDLETON)
— Closing the Loop of Urban Water System: Advocating for Resilience (Anindya NASTITI)Discussant: Amalinda SAVIRANI (Univ. Gadjah Mada)
Moderator: Adrienne SALA (FIRJ-MFJ) 
Organization: FRIJ-MFJ
Registration: https://www.mfj.gr.jp/agenda/2023/06/14/2023-06-14_water_multilevel_go/

[Séminaire]”Shizume no mai” Laboratoire Musidanse (vendredi 2 juin à 13h, hybride)

Dans le cadre du séminaire du laboratoire MUSIDANSE de l’Université Paris 8, Akiko Hirai présentera son analyse chorégraphique sur le rite Shizume no mai exécuté pendant la cérémonie Hanamatsuri au Japon. 

Le séminaire aura lieu le vendredi 2 juin à 13h en salle A2-217 et se déroulera en mode hybride. 

Vous trouverez ci-dessous le lien ZOOM. https://univ-paris8.zoom.us/j/95906465978?pwd=L2JTS2diNGxaRlM0YWNXT1lLVGJUQT09

Meeting ID: 959 0646 5978
Passcode: 406960

https://musidanse.univ-paris8.fr/seminaire-musidanse-2022-2023

Titre

“Les fonctions rituelles du masque : L’exemple du rite Shizume no mai de la cérémonie Hanamatsuri de Futto – Préfecture d’Aichi (Japon)”

Résumé

Cette présentation a pour objet les fonctions du masque utilisé dans la cérémonie religieuse. Pour cela, je prends l’exemple du rite « Shizume no mai (Cérémonie pour la pacification) » exécuté à la toute fin de la cérémonie Hanamatsuri (Fête des fleurs) de la Préfecture d’Aichi au Japon. Cette cérémonie comprend des danses rituelles qui se caractérisent par l’utilisation de différents masques de créatures folkloriques japonaises appelées oni. Il s’agit de créatures ressemblant beaucoup à des humains mais dotées d’un visage déformé. C’est une présence effrayante pour l’humain mais qui revêt une nature ambigüe, comme souvent dans le folklore japonais, puisqu’elle apporte aussi des bienfaits à la société humaine. Dans la cérémonie Hanamatsuri, les fidèles convoquent l’esprit divin. Cette existence divine est représentée par les officiants-danseurs qui portent le masque d’oni. Où vont les oni  ? Après avoir exécuté diverses danses rituelles, ils doivent partir afin que le lieu du rituel retrouve sa nature originale, voire profane. Pour cela, le départ de l’esprit divin est l’action la plus importante de la cérémonie Hanamatsuri. C’est donc le rite étudié dans cet article : Shizume no mai dans lequel le chef des officiants effectue plusieurs techniques rituelles pour le renvoyer. J’applique la méthode de segmentation de l’analyse musicale à mon analyse chorégraphique, et éclaircit trois techniques rituelles effectuées dans ce rite. Ici, le corps humain est utilisé comme instrument rituel sonore. En répétant le même mouvement dans des directions déterminées, l’officiant prononce le mot magique dit in, physiquement. Cette analyse confirme l’importance de traitement du silence dans l’étude ethnomusicologique du rituel.

Akiko Hirai, ATER en ethnomusicologie, Département Musique, UFR Arts, philosophie, esthétique, Université Paris 8

[Séminaire JapArchi]”建築写真/photographie d’architecture” (3 juin 2023, Nichibunken, Zoom)

La dernière séance du séminaire JapArchi dédiée à la notion japonaise “建築写真 / photographie d’architecture” aura lieu ce samedi 3 juin à Kyoto, au Nichibunken et sur Zoom. Les inscriptions en présentiel sont closes, mais vous pouvez encore vous inscrire pour participer en ligne.

Pour s’inscrire, envoyer une demande d’inscription en anglais ou en japonais à l’adresse: symposium@nichibun.ac.jp avec les informations suivantes obligatoires :

1. event title: Seminaire JAPARCHI

2. online (zoom) or on-site participation (Nichibunken, 3-2 Goryo Oeyama-cho, Nishikyo-ku, Kyoto)

3. your name

4. your affiliation and status

5. your country of residence

Programme

3 juin / June 3 – 10h-12h (heure de Paris) / 17h-19h (Tokyo time)

Hybride : au Nichibunken à Kyoto et en visioconférence

Modération : Cecile Laly (univ. Kyoto Seika, Sciencescope), Sylvie Brosseau (univ. Waseda, Japarchi)

10h/17h Old Japanese Castles and Photographs: An Examination of the Meanings of the Genre of “Castle Photograph” in the Dawn of Japanese Photography par Andō Chihoko (Kyoto Institute of Technology)

A unique genre of “castle photograph” was developed in 19th-century Japan. The pioneers of photography, the feudal lords, foreign photographers, and Japanese photographers who studied photography with foreigners, left numerous photographs of castles. They were taken for various purposes, such as documents of historical architecture at the historical turning point in late 19th century Japan or as subjects for the photo postcards that were popular in early 20th century Japan. In particular, a castle functioned both as a military base and a residence for feudallords. Therefore, while they took a panoramic photo to grasp a complete view of the outside of the castle exactly, they took an interior photo to enjoy a partial view of the inside of the castle intimately. Thus, castle photography seems to have important implications for the history of Japanese photography. However, the significance of the genre of castle photographs has not been fully considered yet. Therefore, this presentation takes notice of photographs of castles taken in 19th century Japan to begin to discuss the meanings of the genre of castle photographs in the history of Japanese photography.

11h/18h État des lieux de la recherche sur la photographie d’architecture par Matsugi Hiromi (International Research Center for Japanese Studies)

[Séminaire]「大村西崖の美術史研究を支えた中国人コレクター、廉泉」Nichibunken, sur Zoom (25 mai 2023, 16h30-18h00 JST)

国際日本文化研究センター(日文研)では、研究者の交流を目的として、担当者が最新の学術的なテーマを話題として発表する会を「木曜セミナー」として開催しています。

第275回木曜セミナーのテーマは「大村西崖の美術史研究を支えた中国人コレクター、廉泉」です。

発表者

戦 暁梅 国際日本文化研究センター 教授

コメンテーター

伊東 貴之 国際日本文化研究センター 教授

司  会

西田 彰一 国際日本文化研究センター プロジェクト研究員

参加対象者: 研究者の方(学生を含む)

日時:2023年5月25日(木)

開始時間: 16:30

終了時間: 18:00

場  所: Zoomによるオンライン開催

言  語: 日本語

参加方法:申し込みが必要です。

オンラインで参加される場合、5月18日(木)までに下記URLの申込みフォームからお申し込みください。折り返し、開催前日までにZoomミーティング入室用のURLをお知らせいたします。https://forms.office.com/r/VaQxya9YTG

※セミナー開催日当日のお申込みは対応いたしかねますので、必ず上記期日までにお申込みください。https://www.nichibun.ac.jp/ja/research/mokusemi/2023/05/25/

[Séminaire] Groupe d’étude de philosophie japonaise (samedi 6 mai 2023)

Le Groupe d’étude de philosophie japonaise (IFRAE) organise une nouvelle séance, sur Zoom :

Samedi 6 mai 2023, de 9h30 à 12h
Avec Ameline Garnier (Inalco, Université de Kyōto)
“De keiken 経験 à taiken 体験 : le rôle de l’expérience corporelle dans la philosophie de Nishida”

Avec Frédéric Lesigne (Université de Strasbourg, chercheur rattaché GEO-URI 1340)
“Sujet et objet dans la pensée de Yanagita Kunio”

Pour obtenir le lien Zoom, merci de contacter takako.saito@inalco.fr à partir du 2 mai 2023.

Responsables

takako.saito@inalco.frakinobukuroda@gmail.comarthur.mitteau@univ-amu.frsimon.ebersolt@gmail.com, yukiko.kuwayama@inalco.fr

Résumés

1.  A. Garnier,  «De keiken à taiken : le rôle de l’expérience corporelle dans la philosophie de Nishida »

       Revenir à l’expérience quotidienne, voici comment Nishida présente en 1937, dans son article « Rekishiteki shintai », la quête qui l’aurait conduit à la rédaction de Zen no kenkyu (1911). Rattaché originellement à l’expérience pure de James, traduite en japonais par junsui keiken, 純粋経験, le concept d’expérience conserve, au fil de la recherche nishidienne, la primauté de son lien avec le monde de la réalité, défini dans les années 1930 comme le monde historique. Le monde de la réalité est celui que nous expérimentons ; comprendre la réalité du monde, c’est expérimenter le monde. Dès lors, partant de cette équivalence conceptuelle entre réalité et expérience, la question de la nature de cette expérience en vient à être posée. Qu’est ce que l’expérience du monde ?

       Quand bien même ce concept est central dans la philosophie de Nishida, il nous faut pour autant constater que le philosophe n’opère aucune distinction conceptuelle entre taiken 体験et keiken 経験, deux termes possiblement traduisibles par « expérience ». Cette homonymie trompeuse de la traduction française est pourtant étrangère pour le locuteur japonais qui ne peut, dans le langage courant, les employer comme de parfaits synonymes. Comment comprendre alors l’imprécision de Nishida qui semble substituer l’un à l’autre sans aucune raison immédiatement apparente ?

       Le travail de ma recherche cette année, dont je présenterai les premiers aboutissements, est de vérifier l’hypothèse suivante : cette superposition des termes taiken et keiken pourrait révéler que l’éveil à soi nishidien, lequel tente de saisir l’expérience  quotidienne, accorde une place fondamentale au corps, non pas simplement comme objet ou

outil de la quête philosophique mais également comme sujet.  Comprendre les enjeux de la détermination de taiken par Nishida implique donc  d’abord de comprendre la conceptualisation qui est faite du corps. Nous essaierons donc

d’explorer ses différentes acceptions et de saisir la place et le rôle que Nishida lui confère au  sein de son système philosophique.

2.  F. Lesigne ,  « Sujet et objet dans la pensée de Yanagita Kunio »

       Si Yanagita est indiscutablement un intellectuel de premier plan qui a marqué l’histoire de la pensée japonaise moderne au point d’être souvent cité comme une des références de penseurs japonais modernes et contemporains, son œuvre ne relève à l’évidence pas de la philosophie, ni même de tout autre champ réflexif à visée purement théorique. En effet, le folkloriste Yanagita – après avoir été tour à tour poète, agronome, journaliste, représentant à la SDN, etc. – s’est exprimé avant tout en tant que scientifique. Son travail d’ethnologue-folkloriste ayant été principalement consacré à la récolte, la compréhension et la préservation des traditions populaires japonaises, le lecteur se retrouve le plus souvent face à des listes de noms et de faits sociologiques parfois fastidieuses, ordonnées par des théories sur la culture japonaise que Yanagita s’est efforcé, avec plus ou moins de bonheur, de construire au fil de son travail. Rares donc sont les développements théoriques au sein de la trentaine de volumes que constituent ses œuvres complètes.

       Cependant, si ces ouvrages ont marqué des générations de chercheurs en ethnologie japonaise, c’est bien autant en raison de la masse phénoménale d’informations qu’elles contiennent, qu’en raison de la façon dont ces informations sont ordonnées. Il faut sur ce plan différencier deux niveaux. Le premier est celui des analyses théoriques yanagitiennes sur la culture japonaise, sujet largement débattu au sein des ethnologues japonais. Le second niveau, qui nous semble encore nécessiter un travail épistémologique, est celui du paradigme scientifique de Yanagita au sens d’une « méthodologie » générale innovante, ou d’une « philosophie » comme certains commentateurs l’ont qualifié (Torigoe Hiroyuki). 

        Ce paradigme général a maintes fois été abordé par Yanagita. Il s’agissait pour lui, certes de comprendre et d’extraire le sens des pratiques sociales héritées du passé – travail commun à tous les ethnologues –, mais non pas pour s’engager ensuite dans une démarche comparatiste comme la plupart des ethnologues de son temps s’y essayaient. Il jugeait en effet cette démarche trop prématurée tant que l’ethnographie des pratiques sociales japonaises restait incomplète. Ce qu’il pensait en revanche pouvoir être entamé dès sa génération était de faire prendre conscience à un maximum de ses contemporains que les pratiques sociales jugées alors « arriérées » et dépréciées pouvaient servir à un développement endogène en adéquation avec la société japonaise, pour peu que le sens de ces pratiques soit suffisamment éclairci et mis en perspective.

        On comprend alors pourquoi tant de lecteurs (japonais) ont pu être frappés par – et souvent adhéré à – sa pratique intellectuelle consistant, de façon explicitement théorisée, à privilégier une démarche inductive mettant systématiquement en avant les faits les plus anodins, en opposition à la pratique déductive de ses collègues et adversaires ethnologues contemporains. Ce choix-là relève bien d’une forme de « philosophie » de l’action intellectuelle, tout entière tournée vers la réalisation d’un projet : le développement endogène de toute société qui emprunterait les méthodes des sciences sociales pour réévaluer et faire évoluer en conscience – Yanagita utilise le terme de jiko-shōsatsu – des pratiques sociales s’inscrivant dans des référents culturels propres, au sein d’un contexte global de modernisation à l’« occidentale » irréversible (Tsurumi Kazuko).

        Notre parti-pris épistémologique consiste à aborder ces questions en réfléchissant au rapport nouveau qu’établit Yanagita entre « objet » et « sujet ». En effet, la méthode d’objectivation du vécu subjectif qu’il entend faire pratiquer massivement aux Japonais s’appuie certes sur des travaux scientifiques, mais surtout sur une forme de « philosophie » générale résumée plus haut. La tension « objet » / « sujet » au cœur de l’ethnologie yanagitienne allait être féconde mais provoqua des impasses méthodologiques sur lesquelles plusieurs générations de chercheurs japonais ont buté. Nous espérons que notre travail pourra en éclairer les ressorts, et proposer quelques voies possibles d’amélioration méthodologique.

[Séminaire]”Masculinities and Racisation in Music” (14 avril 2023, 10h-12h30)

La quatrième séance de la série de séminaires Gender and Musics in Contemporary Japan aura lieu en ligne 14 avril 2023 (de 10h00 à 12h30, heure française).

Titre de la séance : “Masculinities and Racisation in Music” 

Discutant : Koizumi Kyoko | chercheuse indépendante

  • Transnational Black Musical Bodies and the Crisis of Japanese Masculinities from the 1990s to the 2020s, Nagatomi Mari | Kansai University – Osaka, Japan
  • Maneuvering Marginalized Masculinity and Japanese Classical Music, Beata M. KoWalCzyK | Adam Mickiewicz University, Poland

Ce séminaire se déroulera en ligne, en anglais, et pourra être suivi sur inscription gratuite à l’adresse https://forms.gle/jSe2Fma5WBERE59U9 

Transnational Black Musical Bodies and the Crisis of Japanese Masculinities from the 1990s to the 2020s, Nagatomi Mari | Kansai University – Osaka, Japan

Studies of representations and discourse of blackness around popular music in Japan tend to focus on the period between the immediate postwar to the early 1970s, when, as Wajima Yūsuke have shown, Japanese New Left intellectuals found authentic image of the popular (minshū) in blues, jazz and Black musicians. This paper advances the field by focusing in the 1990s and onward. In this paper, I explore how and why Japanese music writers and musicians constructed certain blackness from the end of bubble economy and Cold War in 1991 to the 2020s. 

As a case study, I mainly deal with representations and discourse of blackness through two cases: October 1991 issue of the subculture magazine Studio Voice and the promotional coverage of the singer Hoshino Gen’s album Yellow Dancer. While the both illustrated Blacks as bodies, thus the Japanese Other, each media used Otherized Black bodies to confirm different Japanese masculinities. By reading this transition, I argue that Black (particularly male) bodies constructed through Japanese men’s affection to Black music have played important roles for Japanese men to confirm their own Japanese masculinities and places in changing Japanese society. 

Maneuvering Marginalized Masculinity and Japanese Classical Music, Beata M. KoWalCzyK | Adam Mickiewicz University, Poland

Researchers have established that gender inequalities in cultural industries are rampant, yet this scholarship limits insights into how women navigate these inequalities and largely ignores the experience of men. Drawing from interviews with Japanese classical musicians this paper seeks to address this gap by showing how men in Japan attempt to establish their masculinity through classical music profession. In a society where the meanings of masculinity are still inseparable from work, men who build their career in music must confront social marginalization, because musicianship is not socially recognized as a legitimate occupation. To offset marginalization and to reestablish ties to broader masculine ideals, male artists maneuver their status by aligning themselves with gender, class and racially privileged European male musicians; by demonstrating serious engagement in their work, and showcasing skills mastery. I conclude by reflecting on whether and to what extent these tactics serve to uphold or erode the existing status hierarchies and gender privilege. 


[Séminaire] Musique japonaise contemporaine (4 avril 2023, 14h30-17h30)

Un séminaire sur la musique japonaise contemporaine se tiendra à l’Ircam le 4 avril 2023 de 14h30 à 17h30, avec Shô, shô basse et sheng alto dans Anâhata (1986) de Jean-Claude Eloy avec Véronique Brindeau (Inalco); Sho, Gagaku and modern harmony in Yoritsune Matsudaira (1907-2001) – interpolarity between harmony and timbre avec Mikako Mizuno 水野 みか子 (Nagoya City University)  

Co-organisation: TPMC – Tout Pour la Musique Contemporaine – IRCAM.  IReMus – Institut de Recherche en Musicologie, CNRS, Sorbonne Université, Nagoya City University, Meiji University et DRAC Ile-de-France                  

[Séminaire]”Value Politics in Japan and Europe” (vendredi 7 avril 2023, de 10h à 12h)

La prochaine séance du séminaire du Groupe d’Étude sur le Politique au Japon (GEPJ) aura lieu vendredi 7 avril, de 10h à 12h, avec la présentation de l’ouvrage suivant :

“Value Politics in Japan and Europe” (Routledge, 2022)

par les co-directeurs François FORET (Université libre de Bruxelles) & HINO Airō (Université Waseda).

L’affiche de la séance est disponible sur le carnet de recherche du groupe, à l’adresse : https://seiji.hypotheses.org/731

Cette séance se tiendra uniquement en ligne (via ZOOM). 

Le formulaire d’inscription : https://forms.gle/XKskGbbhs2k6Hj8D9

Organisateurs : Ioan TRIFU, Arnaud GRIVAUD, Xavier MELLET

[Séminaire]”De la notion de Kokumin dans le système constitutionnel japonais d’après-guerre” (16 mars 2023 à partir de 13h30)

Dans le cadre de la deuxième saison du séminaire MIN, Eric Seizelet interviendra sur le thème :

“De la notion de Kokumin dans le système constitutionnel japonais d’après-guerre”
Jeudi 16 mars 2023 à partir de 13h30 (heure de Paris)

Pour participer à la réunion Zoom :
https://u-bordeaux-montaigne-fr.zoom.us/j/85490274357?pwd=c0hNb09sWldFTTNlY29Ia0kzdG1xQT09

ID de réunion : 854 9027 4357
Code secret : 982018